Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

Latifa Ibn Ziaten, une Marianne de la République de notre temps honorée

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 5 Mars 2021 à 11:25

           

Qui pour incarner Marianne ? Mieux vaut 109 qu'une ! Une exposition initiée par la ministre chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, à l'occasion du 8 mars, vient « rendre hommage à (des) femmes qui, en 2021, sont les nouveaux visages plurielles de notre République, de la citoyenneté et de l’engagement ». Latifa Ibn Ziaten en fait partie.



Latifa Ibn Ziaten, une Marianne de la République de notre temps honorée
Latifa Ibn Ziaten s'est déclarée, jeudi 4 mars, « très honorée et touchée » de figurer parmi les 109 Mariannes incarnant les nouveaux visages plurielles de la République, dans le cadre d'une exposition initiée par la ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, en charge de la Citoyenneté, Marlène Schiappa.

Et pour cause, le symbole est fort. Il témoigne du parcours de vie singulier de cette mère courage qui a fait d'une douloureuse épreuve - la perte d'un enfant, son fils Imad lors des attentats de Toulouse et de Montauban en 2012 - une force, une source d'inspiration qui force l'admiration de celles et ceux qui croisent son chemin.

La citoyenneté chevillée au corps

Depuis la création de l'association Imad pour la jeunesse et la paix, l'activiste franco-marocaine de confession musulmane, qui porte le foulard depuis la mort de son fils en signe de deuil, ne cesse inlassablement de délivrer un message de fraternité auprès de milliers de jeunes pour apporter sa pierre à l'édifice de la lutte contre toutes les formes d'obscurantisme et d'extrémisme.

Par ses engagements et actions multirécompensés, dernièrement du prix Zayed pour la fraternité humaine décernée par le pape François et le grand imam d'Al-Azhar Ahmed Al-Tayyeb, Latifa Ibn Ziaten incarne pleinement les valeurs de citoyenneté. C'est pourquoi elle a été choisie sans difficulté pour faire partie des 109 Mariannes. Du sang neuf pour la République qu'il fait bon, avec tant d'autres femmes de tous horizons, de promouvoir.

Lire aussi :
Diversité : 109 Mariannes exposées au Panthéon pour « renouveler les visages de la République »

Et aussi :
Latifa Ibn Ziaten et Antonio Guterres, premier lauréats du Prix Zayed pour la fraternité humaine
Latifa Ibn Ziaten, celle qui réparait les cœurs
Latifa Ibn Ziaten : « Aujourd'hui, je vis pour les autres et pour la mémoire de mon fils »
La Légion d'honneur décernée à Latifa Ibn Ziaten à l'Elysée




Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

28.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 12/03/2021 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Rachida Apparemment, ce que vous ne comprenez pas vous me le recommandez de me le mettre dans le fondement, c'est bien ça?

Moi ce que je comprends de ce que vous dites, c'est que vous détestez qu'on vous rappelle que des enfants juifs de 3 à 8 ans furent AUSSI assassinés par l'assassin du fils de Latifa Ibn Ziaten. Et bien moi je trouve que cette détestation manque de fondement.

Je vais vous dire pourquoi: Mehra fut considéré comme un héros par des jeunes immigrés maghrébins, ceux que Latifa Ibn Ziaten, munie d'un voile pour l'occasion, s'est chargé de convaincre en mettant en avant son propre fils assassiné mais bien sur pas son autre fils, le condamné.

Je crois moi que c'est aux parents des jeunes égarés qu'il convient de rappeler à leur progéniture les fondements de la morale et de la loi.
Je crois aussi que "bon" et "pire" contrairement à ce que vous dites, ne sont PAS des synonymes. Mais je ne fais que me fier aux fondements de la sémantique du français, et je sais, c'est énervant de se l'entendre dire.

27.Posté par Milouda le 11/03/2021 00:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi je n'ai jamais lu ça. Même pas chez les journalistes parfois nommés torchons. C'est dire.
Les mères. Les frères et les soeurs. C'est la première fois que je lis ça.
A part peut être chez la Fontaine, si ce n'est toi c'est donc ton frère, c'est la première fois que je lis ça.

26.Posté par Rachida le 11/03/2021 00:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. Vous nous les brisez menu à toujours ne faire que rapporter les propos d'un autre. Vous donnez à savoir de vos lectures qu'elles sont insipides et rien de plus.
Vos lectures carrez-vous les dans le fondement.
C'est cru mais c'est dit.

25.Posté par Rachida le 10/03/2021 23:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le pire comme le mauvais. Lol.
J'ai voulu dire le dire comme le bon bien sur.
Vous êtes si barré que vous m'avez fait les confondre.
Ce que sont les choses et la personne ne font qu'un, vous m'avez fait le dire.
Le pire et le bon sont des synonymes.

24.Posté par Rachida le 10/03/2021 23:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui me trompe chez vous c'est que vous êtes cultivé.
Vous rapportez des tas de choses dont le citoyen moyen n'a jamais entendu parlé. Vous êtes une personne qui lit beaucoup. Et du tout et n'importe quoi.
Mais dans un même temps vous ne savez pas le cerner, le pire comme le mauvais, pour vous tout est pareil.
Soit vous êtes très intelligent et ne faîtes que vous en servir.
Soit vous êtes une cloche.
Ce qui est certain c'est que ce n'est jamais vous qui parle.

23.Posté par Rachida le 10/03/2021 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est quand que vous parlez normalement François.
Toutes les fois ou il m'a été donné de vous lire, je n'ai rien compris.
Et là encore, je n'ai rien compris.

22.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 10/03/2021 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Rachida votre dénonciation de l'abjection sent un oubli qu'on n'aime pas se voir rappeler. Pas très bon tout ça. Beurk, comme vous dites.
Et votre généralité sur les familles silencieuses que vous n'appliquez pas à vous-même, surtout pour affirmer un dégout hors de propos, pareil.
Une réaction aussi violente me parait étonnante. Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ?

21.Posté par Rachida le 09/03/2021 23:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous ces enfants qui sont morts, vouloir les faire se battre entre eux via leurs parents, c'est dégueulasse. Vous êtes abject François.

20.Posté par Rachida le 09/03/2021 00:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'y a que les familles elles mêmes qui puissent parler de leurs enfants. Honte à vous François d'utiliser la famille Slander pour vous auto valider. Vous êtes infame. Beurk.

19.Posté par Rachida le 09/03/2021 00:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François veut dire toutes les victimes mais pas celle là. L'argument son frère est mis pour le dire.

18.Posté par Alfred le 08/03/2021 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne pas oublier les victimes. Ben tiens! Après les avoir bien manipulées, utilisées, je me mets à leur rendre leurs indépendances, je me mets à les reconnaître. Vaut rien va.

17.Posté par Abdoulaye le 08/03/2021 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mme Ibn Ziaten est une femme extraordinaire, d'une grande humanité.
J'ai pu assister à une de ses interventions. J'avoue avoir été profondément ému par ses paroles.

16.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 08/03/2021 08:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@alfred. On peut bien donner à une personne sans doute digne les moyens de remplir l'espace public de bon sentiments, c'est toujours mieux que l'inverse. Mais à condition de ne pas oublier des victimes, surtout celles que je mentionne, et aussi de ne pas trop s'illusionner sur les vertus du dialogue, la preuve.
"S'engager pour les autres c'est les reconnaître". On ne saurait mieux dire, mais les reconnaitre TOUS.

15.Posté par Alfred le 07/03/2021 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avec une mère comme ça je ne pense pas qu'il aurait douté.
Ce que l'on est, devient n'est pas indépendant de tout. On ne peut se construire qu'avec ce que l'on connaît. Puis reconnaît. S'engager pour les autres c'est les reconnaître.

14.Posté par Alfred le 07/03/2021 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non. Vous ne m'avez pas convaincu. Je reste sur ma position.
Un frère de victime était untel. C'est ce que vous dîtes.
Vous parlez d'un autre donc. Il est un autre. C'est ce que vous dîtes.
Vous êtes hyper vicieux. Machiavélique.
Vous faîtes d'une victime la victime d'un autre (son frère) tout en en disant
qu'il ne l'est pas puisque d'autres victimes ne le sont pas (son frère).
Les victimes sont victimes entre elles. Moi je lis ça.
La question qui se pose alors est qui est le bourreau.
Elle n'est pas plus mère courage que les autres dîtes-vous.
Vous faîtes des familles des concurrents. Comme si elles se devaient de gagner quelque chose. Comme si elles se devaient de remplacer les morts afin de les faire concourir.

1 2