Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Livres

La guerre des mémoires, La France face à son passé colonial, par Benjamin Stora

Reçu à Saphirnews

Rédigé par | Vendredi 18 Septembre 2020 à 15:30

           


L'avis de Saphirnews

Treize ans après la sortie de La guerre des mémoires, le dialogue entre l’historien Benjamin Stora et le journaliste Thierry Leclère vient d'être rééditée cet été 2020 en format poche. Une conversation toujours d’actualité « dans une France encore déchirée en profondeur par son passé colonial » selon les mots du journaliste, qui tient pour exemple les polémiques récurrentes visant les tenants des études postcoloniales qui se voient reprocher de « voir du colonial partout ». « Oui, la France, en 2020, est toujours malade de son passé colonial », constate Thierry Leclère dans l’avant-propos d’un livre dans laquelle Benjamin Stora livre une parole « précieuse ».

Pour ce spécialiste reconnu de la guerre d’Algérie et de la question coloniale, « la guerre des mémoires n’a jamais cessé, mais elle vivait dans le secret des familles ». Une guerre longtemps restée « cloisonnée, non assumée » et « souterraine » jusque dans les années 2000. Un épisode en particulier va réveiller les blessures : la très contestée loi du 23 février 2005 consacrant « le rôle positif de la colonisation », qui finira par être abrogée par Jacques Chirac en janvier 2006 malgré les cris d’orfraie poussés dans les rangs de la droite. « Un révélateur très puissant » que « la France n’est toujours pas réconciliée autour de la décolonisation et de la perte de l’Algérie française », pour celui qui s’est vu confier en juillet 2020 une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » par Emmanuel Macron.

Avec La guerre des mémoires, Benjamin Stora décode cette guerre des mémoires et revient pour cela sur ses sources mais aussi ses pièges. Car le débat sur la colonisation est loin d’être clos et il faut pouvoir l’affronter le plus sereinement possible - ce qui est loin d'être évident - pour envisager, dans un avenir plus ou moins proche, une réconciliation des mémoires qu'il importe de favoriser et pour laquelle l’historien oeuvre de longue date.

La guerre des mémoires, La France face à son passé colonial, par Benjamin Stora

Présentation de l'éditeur

En ces temps tumultueux, il est utile de lire – ou de relire – ce petit livre de Benjamin Stora. Dans un dialogue limpide avec le journaliste Thierry Leclère, Benjamin Stora nous interroge : ­comment se vivre comme descendant ­d’esclaves, ou encore comme fils ou fille de colonisés ? Ce choc des mémoires est-il une rumination vaine du passé ou, au contraire, une relecture «  thérapeu­tique  » de l’histoire ? Qu’est-ce qu’être Français, aujourd’hui ?

Des sujets au cœur de notre actualité, suivis d’un récit âpre et mélancolique, Algérie 1954, qui relate les dernières heures, cruciales, de ­l’Algérie française. Une réflexion toujours aussi ­percutante.

L'auteur

Historien et sociologue, Benjamin Stora est professeur d’histoire du Maghreb et de la colonisation française à l’Institut national des langues et des civilisations orientales.

Benjamin Stora, La guerre des mémoires. La France face à son passé colonial Entretiens avec Thirry Leclère, Editions de l'Aube, juin 2020, 192 pages, 13 €.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Abdoulaye le 18/09/2020 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut vraiment ouvrir un débat le plus serein possible sur la colonisation conduite à partir de 1830 et jusqu'aux années 60.
La méconnaissance de notre histoire colonialiste est souvent abyssale.
Ce n'est pas un hasard.
Nier cette période pitoyable de notre histoire ne nous grandit pas...
Malheureusement les extrémistes de tous poils n'aident pas à un débat éclairé et utile.

2.Posté par Premier Janvier le 18/09/2020 22:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est un sujet tabou. Malheureusement utilisé politiquement.
Les historiens ont du coup la tache ardue.

3.Posté par Premier Janvier le 19/09/2020 01:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Benjamin Stora. Un vrai historien. Il dit des faits sans prendre parti. Il est un vrai historien.

4.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 19/09/2020 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème avec Stora est qu'il doit "négocier" son interprétation de l'histoire avec le gouvernement algérien actuel.
Or celui-ci est porteur d'une version tout à fait tronquée voire carrément mensongère de la colonisation. Depuis les nombres de morts systématiquement et scandaleusement majorés(1 Million plutôt que 250 000 morts, repris par Erdogan), jusqu'à toute aussi scandaleuse qualification de "crime contre l'humanité" pour qualifier une période d'un siècle...
Ce gouvernement, héritier direct du pouvoir dictatorial issu de la décolonisation et marqué par bien des épisodes violents, dont ceux qui eurent lieu pendant les années 90, est aujourd'hui critiqué (pour le moins, cela s'appelle le hirak) et exploite là encore scandaleusement les épisodes de ses origines pour assurer (péniblement) sa communication...

La question de la guerre d'Algérie est ainsi aujourd'hui exploitée par une actualité qui n'a vraiment plus rien à voir: un pouvoir à bout de souffle contesté par une jeunesse née bien après. N'est-il pas temps de passer à autre chose?

5.Posté par Abdoulaye le 19/09/2020 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@François
Une simple question: au nom de quoi la France a envahi l'Algérie à partir de 1830 ?
La guerre d'indépendance est un autre sujet.

6.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 19/09/2020 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a un certain nombre de raisons, dont la volonté de rattraper les défaites de l'Empire dans un pays dont la jeunesse rêvait encore de Napoléon. Cela marqua tout le siècle... Il ne faut pas oublier non plus un vieux contentieux: même si cela s'arrêta au début du XIXème siècle, la piraterie barbaresque avait marqué l'histoire.

Mais il y eut plusieurs époques et la colonisation effective fut relativement tardive. Il fallut Bugeaud et sa conquête (avec laquelle il n'était d'ailleurs pas d'accord!)

J'ai le point de vue que la colonisation de l'Algérie fut une erreur complète. Tocqueville l'indiqua dés 1837 et tout ce qui fut fait par la suite aggrava la situation, dont la volonté des républicains de "civiliser" la région. Faire un département français en Algérie basé sur la discrimination raciale était une folie dont la fin ne pouvait être que dramatique. Tocqueville l'avait dit: le fossé crée entre les populations était irrémédiable.

7.Posté par Abdoulaye le 20/09/2020 01:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@François
Je suis complètement d'accord avec vous, cette occupation de l'Algérie est une totale erreur de notre pays.
Encore faudrait-il encore le reconnaître...

8.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 20/09/2020 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Elle est plus largement reconnue qu'on ne croit, en particulier la dernière période où il apparait qu'au lendemain de 1914, l'Algérie se révèle impossible à développer et à industrialiser. Après des gaspillages insensés, le départ de la France était absolument indispensable tant la colonie était devenue un gouffre social et économique insondable alors même que la victoire militaire était acquise.
Bref la légende du FLN (une victoire du peuple algérien contre son occupant qui l'exploite) est l'exact contraire de la vérité (un occupant lassé de financer un pays pauvre et vaincu).
C'est aussi à l'Algérie de reconnaitre cela, avec l'échec des politiques menées depuis, en discussion à l'heure actuelle...

9.Posté par Premier Janvier le 20/09/2020 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Stora vous déplait parce qu'il ne prend pas parti.
Il ne prend pas parti pour la France. Qui devient pour vous prendre prendre le parti de l'Algérie.
A chaque fois vous faîtes le coup. Depuis le temps que je vous lis je commence à vous connaître.
Dès lors que des choses ne vont pas dans votre idée elles deviennent anti.
La France est très bien. Superbe. Magnifique. Et je le pense vraiment. Ne serait-ce que parce qu'elle nous permet de dire tout ce que l'on veut. Potentiellement n'importe quoi Lol. C'est magnifique.
N'empêche que la malhonnêteté n'en reste pas moins de la malhonnêteté.

10.Posté par Vive l'Algérie le 21/09/2020 02:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vive l'Algérie.

11.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 21/09/2020 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"malhonnêteté" ? Elle consiste à mentir pour satisfaire des buts inavouables, par exemple le soutien implicite à une dictature corrompue qui a ruiné et opprimé tout un peuple pendant soixante ans. Je parle du gouvernement de l'Algérie, qui encore et encore communique en mentant au sujet de son histoire...

Le 8 Mai 2020, en pleine épidémie de Covid 19, le président Algérien, tout à sa gestion du Hirak, fait du 8 Mai 45, un jour de mémoire... 45 000 voire 70 000 morts prétendus par l'Algérie. 15 à 35 000 morts pour Stora, et moins de 10 000 pour certains historiens, qui prennent sans doute "le parti de la France".


Après l'indépendance, de 70 000 à 150 000 harkis furent assassinés selon bien des estimations, 10 à 20 000 selon Stora.

Bref, une sordide "guerre des mémoires" bat toujours son plein et se trouve soigneusement entretenue essentiellement en Algérie par un gouvernement soucieux de détourner l'attention de ses échecs et de son oppression.

Quand donc cela s'arrêtera-t-elle ?