Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

La femme dans les religions monothéistes

Rédigé par Observatoire d’études géopolitiques (OEG) | Jeudi 30 Mai 2013



La femme dans les religions monothéistes
Organisé par l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG), l'Organisation islamique pour l'Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) ; le Centre Maurice Hauriou pour l’étude du droit public de la Faculté de droit Paris Descartes, le Centre Nord Sud du Conseil de l’Europe (CNS) et l’Association des femmes arabes de la presse et de la communication (Afacom), le colloque sur le thème « La femme dans les religions monothéistes » s’est tenu le 27 mai 2013 à l’UNESCO (Paris). Ce colloque a réuni un très nombreux public d’universitaires, de diplomates, d’experts et d’étudiants.

Dans leurs discours introductifs Charles Saint-Prot (OEG), Abdulaziz Othman Altwaijri (ISESCO) et Jean-Marie Heydt, vice-président du Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe ont insisté sur la pertinence du sujet alors que l’on voit des extrémistes qui ont pris les religions en otage menacer la condition de la femme dans certains pays. Charles Saint-Prot a souligné qu’on peut que constater un grand décalage entre le Message initial des trois grandes religions et une pratique parfois contestable qui va à rebours des enseignements religieux.

Jean-Marie Heydt a rappelé que la condition de la femme occupe une place essentielle dans l’action du Centre Nord-Sud, conformément aux objectifs du Conseil de l’Europe. Pour sa part, Abdulaziz Othman Altwaijri a souligné l’importance d’examiner la question de la femme dans les religions monothéistes, en particulier avec l’émergence de théories extravagantes qui vont à l’encontre de la nature originelle de l’homme et cherchent à désintégrer la société humaine fondée sur la famille légitime.

Des universitaires et expertes des religions monothéistes ont ensuite exposé un certain nombre de thèmes : Mme Zeina el Tibi, essayiste, présidente déléguée de l’OEG et présidente de l’Association des femmes arabes de la presse et de la communication, auteur de L’islam et la femme (éd. DDB), a présenté une communication intitulée « Pour en finir avec les clichés et les exagérations » ; Mme Gabrielle Atlan, maître de conférences langue et littérature hébraïque à l’Inalco, a traité du statut de la femme dans le judaïsme.

Mme Marie-Geneviève Missegue, docteur en théologie et docteur en histoire des religions, a abordé la question du « visage de l’Homme dans le christianisme est autant celui d’une femme que celui d’un homme » tandis que Mme Chantal Delsol, philosophe et membre de l'Académie des sciences morales et politiques, a fait un exposé sur « la femme dans les traditions chrétiennes ». Enfin, Mme Fawzia Al Ashmawi, islamologue, professeur à l’université de Genève a traité de « l'évolution politique, économique, sociale et culturelle des femmes dans le monde musulman ».

Les communications en tout point passionnantes ont été suivies d’un débat modéré par le professeur Thierry Rambaud (Université Paris Descartes). Les actes du colloque seront publiés par les éditions Desclée de Brouwer (DDB) à Paris sous l’égide de l’Observatoire d’études géopolitiques et du Centre Maurice Hauriou de l’Université Paris Descartes.