Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La France vend des Rafale à l'Egypte, les yeux fermés sur la répression

Rédigé par | Vendredi 13 Février 2015



La France vend des Rafale à l'Egypte, les yeux fermés sur la répression
La répression menée en Egypte depuis juillet 2013 ne dérange pas le gouvernement français. Il a signé avec l'Egypte un accord pour la vente de 24 Rafale, l’avion de chasse du constructeur français Dassault, pour un montant de 5,2 milliards d’euros. C'est le premier contrat à l’exportation du fleuron de l’aéronautique française, 30 ans après le premier vol de cet appareil conçu par Dassault Aviation.

François Hollande l’a confirmé jeudi 12 février. « La signature interviendra le 16 février au Caire. J'ai demandé au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de signer au nom de la France », a indiqué le président de la République. Il a aussi estimé que cette vente de Rafale « pourra être un élément de conviction supplémentaire » en vue de futurs contrats à l’export à l'heure où des négociations seraient toujours engagées avec l'Inde et le Qatar. Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, a remercié l’Egypte pour « sa confiance ».

Les négociations ont été conclues en trois mois, un temps record en matière de contrats d’armement qui s'explique par les bonnes relations qu'entretiennent la France et l'Egypte depuis l'arrivée au pouvoir d'Abdel Fattah al-Sissi. Selon le ministère de la Défense, l’acquisition de Rafale aurait été évoquée pour la première fois au mois de septembre 2014, lors de la rencontre de Jean-Yves Le Drian avec le président égyptien au Caire.

La dégradation de la situation géopolitique au Proche-Orient a profité à l'Egypte comme à la France pour faire aboutir aussi rapidement les négociations. « L'Egypte a besoin d'un avion opérationnel pour protéger ses frontières et frapper au-delà si besoin. La situation au Moyen-Orient est instable. A l'Ouest, il y a la Libye qui sombre dans le chaos. A l'Est, l'Egypte est régulièrement attaquée à sa frontière par des groupes islamistes implantés au Sinaï, comme Daech », a expliqué à 20 Minutes Laurence Daziano, maître de conférence à Sciences-Po.

En plus des 24 avions de chasse, la vente porte également sur une frégate multimissions FREMM, fabriquée par le groupe DCNS, spécialisé dans l’industrie navale militaire. En juin 2014, des corvettes Gowind du même groupe ont été acquises par la marine égyptienne. Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme dont Amnesty International et Human Rights Watch ont de nouveau critiqué la vente d’armes au pays des pharaons. Jean-Marie Fardeau, directeur du bureau de HRW à Paris, déplore une « diplomatie du portefeuille » alors que la situation est « exceptionnellement dure, répressive en Egypte ».

Lire aussi :
Egypte : quatre ans après la révolution, la répression toujours forte
Hollande blanchit Sissi à Paris, les droits de l'homme en Egypte à la trappe
Egypte : la France légitime la répression... et l'arme


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur