Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

L’unique centre de déradicalisation de France va fermer ses portes

Rédigé par | Vendredi 28 Juillet 2017 à 12:55



L’unique centre de déradicalisation de France va fermer ses portes
Le ministère de l’Intérieur annonce vendredi 28 juillet mettre un terme à l’expérimentation du centre de déradicalisation de Pontourny, situé dans la commune de Beaumont-en-Veront (Indre-et-Loire).

Ouvert en septembre 2016, le centre de « prévention, d’insertion et de citoyenneté » avait pour objectif de « préparer, proposer et dispenser une offre et un programme pédagogique utiles à la réinsertion de jeunes radicalisés en voie de marginalisation ». Il aurait dû recevoir 25 pensionnaires sur la base du volontariat mais n’en n’a accueilli que 9. Aucun des jeunes n’a suivi le programme jusqu’à son terme et depuis février, la structure n’accueille plus personne. Elle aura coûté 2,5 millions d'euros. Pour rien.

« Malgré la compétence, la détermination et l’investissement des personnels du centre, qui ont démontré leur savoir-faire pour assurer une prise en charge pluridisciplinaire des bénéficiaires, l’expérience ne s’est pas révélée concluante », déclare Place Beauvau. Le communiqué du ministère précise que « le gouvernement étudiera, notamment, la possibilité d’ouvrir des structures de petite taille pour y accueillir des individus sous main de justice et y développer des solutions alternatives à l’incarcération ».

La secrétaire générale du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) sera chargée de faire des propositions. Elles seront examinées à l’automne prochain lors d’une réunion du comité interministériel qui sera organisée par le Premier ministre.

Lire aussi :
Déradicalisation, la méthode Dounia Bouzar expliquée (3/3)
Déradicalisation, la méthode Dounia Bouzar expliquée (3/3)
Mourad Benchellali : « La déradicalisation est un faux concept »
Lutte contre la « radicalisation » : quand l’Education nationale construit le problème musulman




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Melen le 12/08/2017 20:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ou va pouvoir le recycler pour les radicalités politiques du terroir. Ha non c'est vrai!
Les extremes droites ne sont pas des radicalités. Ils sont des citoyens qui souffrent dont il faut comprendre la douleur.

2.Posté par Melen le 13/08/2017 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi pour internautes et politiques la radicalité semble t-elle etre synonyme de musulman.
La radicalité politique bien de chez nous n'en serait donc pas. Si on estime qu'elle n'en serait pas, c'est donc qu'on la valide. C'est pas joli.