Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Arts & Scènes

« L’œil et la nuit », illuminations nocturnes à l’Institut des cultures d’islam

Rédigé par | Lundi 23 Septembre 2019

L'Institut des cultures d'islam (ICI) accueille jusqu'en février 2020 une exposition dédiée au rapport de l'islam avec la nuit. L'exposition du centre culturel parisien est, pour l’occasion, très enrichie en spectacles musicaux, de conférences, d'ateliers et de projections.



« L’œil et la nuit », illuminations nocturnes à l’Institut des cultures d’islam
L’observation de la nuit est une pratique universelle mais dont la symbolique en islam revêt une importance de premier ordre. En ouverture de l’exposition « L’œil et la nuit » ouverte au public depuis jeudi 19 septembre à l'Institut des cultures d'islam (ICI), un texte vient rappeler que, dans la tradition islamique, « c’est lors d’un voyage nocturne et céleste que le prophète Mahomet (Muhammad) reçoit le message divin » et que c’est dans « l’épure de l’obscurité que grandissent conjointement arts, sciences et mystiques musulmanes ».

La présidente du centre culturel parisien, Bariza Khiari, a souligné, lors de la soirée de vernissage de l'exposition, que « les pratiques religieuses de l’islam et notamment celles des bédouins incitent en effet à percer le secret du mouvement des astres pour déterminer les horaires des cinq prières quotidiennes, prévoir le début du Ramadan annoncé par l’apparition du premier croissant de lune et connaître partout la direction de La Mecque ». L’astronomie y a apporté, selon elle, une réponse, se référant aux progrès que les savants arabes ont amenés et qui aboutiront à la révolution copernicienne.

De belles œuvres accompagnées d'une riche programmation

Ce sont 18 artistes contemporains originaires d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe qui sont exposés. La première partie de l’exposition, est consacré à la vision du ciel étoilé, noir ou bleu. Les œuvres de Timo Nasseri, inspirées des astrolabes, rendent ici hommage à des martyrs de l’astronomie comme Ibn Muqla (886-940), condamné pour avoir imaginé quatre nouvelles lettres de l’alphabet inspirées de la voûte céleste. Il faut mentionner également la brillante oeuvre « Bouraq » de Mourad Salem, une fresque murale représentant la mythique monture du Prophète, parée de plumes de paon et d’une tête de femme couronnée. Mention spéciale pour « La nuit du doute », signée Fayçal Baghriche, une merveille de court-métrage sous forme de récit autobiographique.

La deuxième partie expose des photos qui mettent en scène la nuit comme une source de révélation. La série de photos de Yazan Khalili montre, par exemple, le contraste saisissant entre les colonies israéliennes et les résidences palestiniennes en Cisjordanie occupée.

La troisième partie fait appel à des images de nuits artificielles, « de paysages nocturnes irréels et sans âge, et qui pourtant résonne familièrement ». Stéphanie Saadé a ainsi créé une voie lactée parfumée grâce à des fleurs de jasmin dispersées sur le sol.

Pour accompagner « L’œil et la nuit », plusieurs manifestations culturelles sont au programme. Du côté des arts de la scène, les nuits vont être agitées avec les concerts d’Orpheus XXI (9 novembre) et d’Ifriqiyya Électrique (30 novembre). Une des soirées du Festival soufi de Paris se déroulera à l’ICI Stéphenson le 13 décembre, réunissant la pianiste Joanna Goodale, le chanteur Khaled Mezouaghi et la derviche tourneuse Annika Skattum.

A noter aussi, la conférence musicale « La mélodie des nuits parisiennes » organisée le 11 janvier, qui dépeindra l’ambiance et l’histoire des cabarets orientaux du Quartier Latin, à Paris. Parmi les sept projections proposées, notre attention se posera sur « La nuit du silence » (29 octobre) du Turc Reis Celik, qui s’intéresse à la nuit de noces d’un couple qui doit s’apprivoiser dans le huis-clos de la chambre nuptiale. Huit conférences-débats se tiendront, dont la première portera le 3 octobre sur les avancées scientifiques de l’astronomie arabe entre les IXe et XIe siècles avec l'astrophysicien Bruno Guiderdoni.

Pour les plus jeunes, on recommandera l’atelier d’initiation à l’astronomie organisé par Éphémérides, l’association de l’astrophysicienne Fatoumata Kébé, auteure de « La Lune est un roman ».

« L’œil et la nuit », Institut des cultures d'islam
19-23 rue Léon, 75018 Paris
Du 19 septembre 2019 au 09 février 2020
Pour en savoir plus

Lire aussi :
« Ô Blédi ! Ô Toulouse ! », l’exposition qui valorise l'histoire des présences maghrébines dans la ville rose
ICI C’est Beyrouth : immersion photographique au Liban