Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L'invasion répétée d'une mosquée de Londres par l’extrême droite

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 22 Mai 2014



Des membres du groupuscule d’extrême droite Britain First ont fait irruption, lundi 19 mai, à la mosquée londonienne de Whitechapel. Munis de Bibles et de tracts, plusieurs individus, vêtus des mêmes blousons kaki ornés de leur logo, ont tenté de voir l’imam et ont lancé une diatribe sur « l’extrémisme ».

Aucun des envahisseurs n’a été arrêté par les forces de l’ordre. Leur action a tourné court quand ils ont appris qu'un policier était stationné non loin. Par peur d'écoper d'une contravention pour stationnement illégal, ils sont rapidement ressortis de l'édifice religieux, laissant des tracts derrière eux, rapporte la presse britannique.

C’est le troisième incident impliquant des membres du groupuscule s’introduisant dans des mosquées au cours des dernières semaines, après Bradford et Glasgow. Il s’agissait de la deuxième « invasion » - mot choisi par Britain First pour parler de l'action du groupe - à la mosquée de Whitechapel.

Britain First est composé d'anciens membres du parti d’extrême droite British National Party. Enregistré comme parti politique en novembre 2011, Ils se décrivent comme un « front de résistance patriotique » contre la prétendue islamisation de la Grande-Bretagne.

Avec leurs jeeps, ils organisent depuis quelque temps des soi-disant « patrouilles chrétiennes » dans les quartiers musulmans de Londres, expliquant qu’il s’agit d’assurer la sécurité des populations contre des étrangers qui ont une expérience du combat en Syrie. Ils ont aussi affirmé que leur action faisait suite aux « patrouilles musulmanes » qui visaient, début 2013, à instaurer « la charia » sur East London, en réprimandant les couples qui se tenaient la main ou encore les consommateurs d'alcool. La communauté musulmane locale, et plus spécifiquement la mosquée de Whitechapel, avaient fermement condamné les actions du groupuscule dont des membres ont depuis été emprisonnés, ont rappelé les responsables du lieu de culte.

British First, qui dispose de candidats aux élections européennes, a fait naître une polémique en utilisant le slogan « Souvenez-vous de Lee Rigby », le soldat britannique tué à la machette à Londres en mai 2013. Sa mère a dit qu’elle a le « cœur brisé » qu’un groupe de cette nature utilise le nom de son fils pour propager la haine et a réclamé du parti qu'il cesse d'instrumentaliser le meurtre à leurs fins.

Lire aussi:
GB : les tweets islamophobes lui coûtent sa place au parti conservateur
Grande-Bretagne : reconnus coupables pour le meurtre d'un soldat
Islamophobie : un terroriste et meurtrier raciste condamné à la perpétuité
Londres : manif anti-islam et mosquées attaquées après un meurtre « terroriste »