Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Islamophobie face aux amis d'Israël : le procès de Claude Goasguen reporté

Rédigé par | Mardi 24 Juin 2014



Le procès de Claude Goasguen reporté à septembre 2014 pour ses propos islamophobes en février 2014 à une soirée de soutien à Israël.
Le procès de Claude Goasguen reporté à septembre 2014 pour ses propos islamophobes en février 2014 à une soirée de soutien à Israël.
Claude Goasguen était appelé à comparaître à son procès, mardi 24 juin, au tribunal correctionnel de Nîmes (Gard), pour ses propos islamophobes tenus en février lors du gala du KKL, le Fonds national juif. Le député-maire UMP avait alors déclaré qu’on n’osait plus enseigner la Shoah dans les lycées « tant on a peur des réactions des jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées ».

Sollicité par Saphirnews, Abdallah Zekri n’avait pas tardé à réagir en portant plainte au nom de l’Observatoire national contre l’islamophobie du CFCM qu’il préside. Tandis que ce responsable de la Grande Mosquée de Paris a fait le déplacement au procès, Claude Goasguen, qui ne s’était pas présenté à la citation à comparaître en avril, a préféré se faire représenter par un avocat pour plaider sa cause.

De propos « mal interprétés par nos concitoyens musulmans »

Au bout du compte, le procès a été reporté au 11 septembre 2014, apprend-t-on d’Abdallah Zekri. Les conclusions de la partie adverse ont été délivrées trop tardivement pour être examinées par l’avocate du CFCM, Me Khadija Aoudia.

Claude Goasguen fait tout pour trouver un accord « à l’amiable », déclare-t-il. Il a ainsi écrit un courrier à M. Zekri en date du 15 juin où une demande de rencontre a été formulée pour discuter de propos « mal interprétés et compris par nos concitoyens musulmans ». Aucun regret n'a été formulé : M. Zekri entend lui adresser une fin de non-recevoir à la proposition. Le député, par le biais de son avocat, a estimé dans ses conclusions que « le CFCM n’est pas habilité à porter plainte » et que « ses propos ont été sortis de leur contexte », nous rapporte-t-on. « Si le CFCM n’est pas apte à porter plainte, pourquoi vouloir nous rencontrer ? », commente-t-il.

Le procès fixé le 11 septembre est pour lui tout un symbole. « Cette fois, ce ne sont pas deux tours qui tomberont mais les genoux de Goasguen ! », lance-t-il. Le député est averti : Abdallah Zekri ne retirera pas sa plainte contre lui.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur