Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Incendies en Algérie : les indépendantistes kabyles et le Maroc sur le banc des accusés

Rédigé par Lina Farelli (avec AFP) | Samedi 21 Août 2021 à 10:30

           


Incendies en Algérie : les indépendantistes kabyles et le Maroc sur le banc des accusés
Les feux de forêts qui ont ravagé le nord de l’Algérie sont éteints depuis mercredi 18 août. Le bilan officiel fait état d'au moins 90 morts et Alger cherche des coupables en faisant en sorte de limiter à tout prix ses responsabilités.

Après avoir présenté la plupart des incendies comme des actes d’origine « criminelle », sans pour autant apporter des preuves étayant sérieusement ces allégations, les autorités algériennes ont accusé le Maroc de faire partie des responsables.

Un mouvement indépendantiste kabyle mis sur le grill par Alger

Une enquête a permis de « découvrir qu’un réseau criminel, classé comme organisation terroriste », est derrière les incendies, « de l’aveu de ses membres arrêtés », selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), une organisation indépendantiste listée parmi les groupements terroristes par Alger depuis mai, est pointé du doigt, tant dans les incendies que dans le lynchage à mort du jeune Djamel Ben Smaïl. Un mouvement « qui reçoit le soutien et l’aide de parties étrangères, en tête desquelles le Maroc et l’entité sioniste », Israël, selon les mots de la présidence algérienne.

Avec le MAK, le mouvement islamo-conservateur Rachad, illégal en Algérie et établi à Londres, est également sur le banc des accusés.

« Les actes hostiles incessants perpétrés par le Maroc contre l’Algérie, ont nécessité la révision des relations entre les deux pays et l’intensification des contrôles sécuritaires aux frontières Ouest », a fait savoir la présidence algérienne dans un communiqué. Des déclarations qui signent une nouvelle dégradation des relations entre l'Algérie et le Maroc, dont la frontière terrestre est fermée depuis 1994.

Mise à jour : L'Algérie a annoncé, mardi 24 août, qu'elle rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc, invoquant des « actes hostiles incessants perpétrés par le Maroc contre l'Algérie ». L'Organisation de la coopération islamique (OCI), la Ligue arabe ou encore la France ont appelé les deux pays voisins au dialogue.

Lire aussi :
Après la Turquie et la Grèce, l'Algérie secouée par des incendies monstres