Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Halal : les « Arabes » de l’UMP dénoncent la stigmatisation

Rédigé par La Rédaction | Mardi 6 Mars 2012



Quelques voix discordantes au sein de l’UMP se font entendre et les plus remarquées sont celles de personnalité « issues de la diversité ».

Après Rachida Dati et Rama Yade, Salima Saa est jusque -à présentée comme la nouvelle coqueluche de la diversité au sein de l’UMP. Celle qui occupe le poste de secrétaire nationale en charge du développement urbain de l'UMP n’a pourtant pas manqué de critiquer ouvertement le Premier ministre, à la suite de ses déclarations sur les « traditions ancestrales » des religions concernant l'abattage religieux.

Mme Saa, qui préside aussi l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE), a dénoncé, lundi 5 mars dans un communiqué, un « discours de préjugés et de stigmatisation ». « Au nom de quoi parle-t-on de pratiques ancestrales ? Où est le respect de la foi, des pratiques et des individus ? Je suis attristée de voir s'étaler des jugements négatifs et dévalorisants sur les musulmans de France (...) De tels propos n'ont pas de place dans le débat », écrit-elle, avant de conclure : « Il faut mettre fin aux discours de préjugés et de stigmatisation. »

Contactée le lendemain, elle a maintenu ses propos. « Il faut arrêter les jugements de valeurs et laisser la religion à son caractère privé. La viande halal est un sujet dont il faut parler pour ne rien occulter, mais il faut le faire sereinement. Et puis, tout est une question de doses. Franchement, il est temps de parler d'autre chose, comme l'emploi, l'avenir des jeunes ou bien le logement », estime-t-elle.

De son côté, Rachida Dati, qui participe activement à la campagne de réélection de Nicolas Sarkozy, a critiqué le Premier ministre, qui « mélange tout » sur le halal et est « obsédé par son avenir personnel ».

En conflit ouvert avec lui pour les investitures aux élections législatives de Paris, la maire du 7e arrondissement parisien estime qu'il « s'immisce dans les pratiques religieuses, il sort de son rôle (...). Je peux vous dire qu'il y a de nombreux religieux qui ont été vexés », a ajouté l'ex-garde des Sceaux, pour qui François Fillon « a une drôle de conception de la laïcité qui n'est pas celle du président de la République ».

Les critiques acerbes de ces deux personnalités de l'UMP ne signifient pas leur désolidarisation de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, mais pourraient très vite coûter cher à l'image du président, qui divise même au sein de son propre camp.

Lire aussi :
Halal : Jean-Luc Mélenchon a assez entendu de « bêtises »
Benoît Hamon : la stigmatisation des musulmans, « un fond de commerce électoral » pour l’UMP
Abattage rituel : les religions doivent revoir leurs « traditions ancestrales », selon Fillon
Abattage rituel : Nicolas Sarkozy veut un étiquetage des viandes, débat à l'UMP
Guéant : donner le vote aux étrangers rendrait le halal obligatoire dans les cantines