Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Etats-Unis, Canada : l’islamophobie, un malheureux business qui pèse lourd en Amérique du Nord

Rédigé par Lionel Lemonier | Jeudi 3 Novembre 2022 à 12:00

           


© Flickr / Felton Davis
© Flickr / Felton Davis
Une récente étude révèle que les réseaux nord-américains qui influencent et financent l’islamophobie « se sont internationalisés » au même titre que nombre de secteurs d’activité économique. Ils bénéficient de plus de 1,5 milliard de dollars de financement pour fomenter la peur envers les musulmans.

L’étude a été conduite par Jasmin Zine, une sociologue spécialiste des liens entre religions et cultures et professeure à l’université Wilfrid Laurier, à Waterloo, dans la province canadienne de l’Ontario. Cette enseignante a constitué une carte de ces réseaux politiques, idéologiques, institutionnels et économiques au cours des quatre dernières années. Dévoilés dans un document de quelque 127 pages, les travaux de Jasmin Zine et de son équipe démontrent qu’au moins 39 organisations basées aux États-Unis se coordonnent sur le « marché canadien » de l’islamophobie.

En 2016, une précédente étude avait déjà apporté la preuve que ce réseau était financé par 1 096 institutions non gouvernementales privées entre 2014 et 2016. Intitulée « L’industrie canadienne de l’islamophobie : une carte de l’écosystème de l’islamophobie dans le Grand Nord blanc », l’étude de Jasmin Zine examine aussi les stratégies employées par les propagandistes de l’islamophobie et met l’accent sur les liens entre les intervenants à l’intérieur de cette « activité économique ».

Une toile d'araignée internationale

L'équipe de Jasmin Zine propose également des fiches présentant les personnages publics clés, les médias qui leur sont favorables et les organisations qui produisent et distribuent la propagande islamophobe, tous attachés à fabriquer, distribuer et nourrir une peur irrationnelle de l’islam et des musulmans. Elle identifie enfin les discours caractéristiques qui circulent à travers ces réseaux.

« Les réseaux islamophobes sont transnationaux. Ils ne se contentent pas d’être actifs au Canada ou aux États-Unis, explique Jasmin Zine à l’agence Anadolu. Une bonne part du financement provient des Etats-Unis mais il a pour objet la promotion d’une propagande antimusulmane un peu partout dans le monde. Leur influence s’étend jusqu’en Europe et ailleurs. « Ces liens créés entre les acteurs de ces réseaux renforcent leur pouvoir et leur permet de déverser propagande et fausses informations encore plus largement », ajoute l’universitaire.

La carte présentée par Jasmin Zine complète une initiative plus ancienne sur le sujet que l’on peut découvrir sur le site Mapping Islamophobia. Cette carte est basée sur le livre de Caleb Iyer Elfenbein intitulé Fear in our hearts : What islamophobia tells us about America (La peur qui nous envahit : ce que l’islamophobie nous dit de l’Amérique). Elle présente les incidents ou agressions antimusulmanes qui ont éclaté entre 2008 et 2020 en Amérique du Nord. Un total de 1,6 million d'événements islamophobes y sont recensés pour le moment. Mais la liste s’allonge constamment.

Lire aussi :
Une Journée internationale contre l'islamophobie instaurée par l'ONU
Etats-Unis : la lutte contre l’islamophobie au cœur des débats entre élus au Congrès
États-Unis : des élus démocrates juifs et musulmans ensemble contre l'islamophobie