Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Egypte : un ex-proche de Moubarak nommé Premier ministre

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 26 Février 2014



Après la démission lundi 24 février du gouvernement, qui avait pris place après le coup d’état militaire perpétré contre Mohammed Morsi en juillet 2013, un nouveau Premier ministre a été nommé, mardi 25 février, en Egypte.

L’élu est Ibrahim Mahlab, le ministre sortant de l’Habitat. Avec lui, le retour à l’ère d’Hosni Moubarak est manifeste car il était l’un des cadres du Parti national démocratique du dictateur déchu. Il a pour tâche de former un gouvernement d'ici quelques jours et de mener le pays vers l’élection présidentielle prévue au printemps.

Un seul candidat s’est pour l’instant déclaré officiellement pour ce scrutin ; le leader de gauche Hamdeen Sabbahi. Mais le chef de l’armée Abdel Fattah al-Sissi, qui a organisé la chute de Mohammed Morsi, est donné favori même s’il n’a pas encore officiellement annoncé sa candidature. Ministre de la Défense et vice-Premier ministre du gouvernement sortant, le militaire, qui a évincé le premier président égyptien démocratiquement élu, vise le sommet de l’Etat.

Dans une Egypte rythmée par des grèves et des attentats, le nouveau Premier ministre, ingénieur de formation et ancien président de la société publique de construction Arab contractors, a assuré de sa détermination à poursuivre la lutte contre le « terrorisme ». « Cela créera les conditions pour un retour des investissements et du tourisme », juge-t-il.

Officiellement considérés comme une « organisation terroriste » depuis décembre 2013, les Frères Musulmans sont définitivement écartés du pouvoir. Matés par les forces de l’ordre, 1 400 de leurs partisans sont morts en sept mois selon Amnesty International. Des milliers d’autres ont été emprisonnés comme Mohamed Morsi, poursuivi dans quatre affaires.

Lire aussi :
Egypte : avec l’armée au pouvoir, « c’est pire que sous Moubarak »
Egypte : l'armée destitue Mohamed Morsi
Les Frères musulmans jugés « terroristes » pour renforcer la répression
Les Frères musulmans définitivement interdits
Egypte : le procès de Morsi reporté au 8 janvier
Egypte : le « terrorisme » pour légitimer la répression des pro-Morsi
Egypte : les Frères musulmans appellent au soulèvement du peuple