Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

« Dites à mes enfants que je les aime ! » Unissons les forces de vie pour se protéger de toutes les forces de mort

Rédigé par Vincent Feroldi | Mardi 3 Novembre 2020 à 12:15

           


« Dites à mes enfants que je les aime ! » Unissons les forces de vie pour se protéger de toutes les forces de mort
Quel mystère que l’être humain ! Quelques instants avant de décéder, Simone Barreto Silva, 44 ans, mère de trois enfants, prononçait ces dernières paroles alors qu’elle venait d’être mortellement blessée en la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice.

Or, dans d’autres lieux, ces dernières années, dans des circonstances identiques, des témoins ont souvent rapporté que les dernières paroles de l’assassin ou des terroristes avant l’assaut des forces de l’ordre étaient : « Allahu akbar ! ». D’où la question de tout un chacun, qu’il soit croyant ou non : « Dieu » veut-il vraiment que la mort soit semée et que des victimes innocentes perdent vie ?

Une étude des textes sacrés des différentes traditions religieuses, monothéistes en particulier, apporte une réponse ferme et précise : le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Père de Toute Miséricorde, Créateur et Tout-Puissant, n’a cessé de le répéter : il est Dieu de Justice et de Paix, Dieu de Vie et de Bienveillance.

Souvenons-nous !

Dans la Torah, au livre de l’Exode (20, 1-17), s’adressant à Moïse, Dieu prononce les paroles que voici : « Tu n’invoqueras pas en vain le nom du Seigneur ton Dieu, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque en vain son nom. » (v. 7). Et d’ajouter : « Tu ne commettras pas de meurtre. » (v.13).

En l’Evangile de Jean (14, 24 ; 15, 12-13…17), il est rapporté que, quelques heures avant d’être arrêté, puis condamné à mort, Jésus disait à ses amis : « La parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé… Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime… Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »

Bien des versets du Coran vont dans le même sens, ce qui a amené le 30 octobre dernier le Conseil théologique musulman de France à rappeler aux musulmans de France, « qu’ils soient citoyens, résidents, réfugiés ou seulement de passage, que la vie d’un homme équivaut à celle de l’humanité tout entière (Coran : Chapitre 5, verset 32) ». « Plusieurs versets coraniques vont dans ce sens, appuyés par de nombreuses paroles prophétiques, et confirmés par l’unanimité des savants musulmans, qui font de l’homicide un péché majeur »; avait indiqué le CTMF, qui déclare que « toute action terroriste perpétrée contre un ou plusieurs êtres humains est strictement interdite en islam en vertu du caractère sacré de la vie humaine à laquelle personne n’a le droit de porter atteinte ».

Lire aussi : Conflans, Nice : les quatre principes absolus auxquels les musulmans de France sont tenus de respecter

Pourquoi ?

Malgré une telle clarté dans la Parole divine, des hommes et des femmes en viennent pourtant à porter la main sur leur prochain. Comment est-ce possible ? Nous sommes en fait dans un temps de l’Histoire qui nous oblige à changer de paradigme et donc à innover. En effet, dans un monde marqué par la pandémie du Covid-19, le réchauffement climatique et l’accentuation des inégalités sociales, où seul compte le présent immédiat rapporté par les réseaux sociaux ou les chaines d’information en continu, il est difficile de prendre de la distance, de s’inscrire dans la durée, d’entrer dans la complexité de notre époque et de pouvoir réfléchir et débattre avec d’autres. De plus, tout être humain – moi, le premier - risque de se laisser guider par son seul affect et la violence qui existe, tapie, en lui.

En 2016, dans son ouvrage Somnambules et Terminators (Le Bord de l’eau, 2016), le sociologue et philosophe Gérard Rabinovitch nous interpelait, souhaitant nous faire prendre conscience de « la présence d’une force destructrice interne qui menace l’humanitas en surgissant à l’intérieur de toute société autant que de tout individu ». D’où une conviction, à savoir que « l’union des forces de vie de quelques cultures qu’elles soient, pour se protéger de toutes les forces de mort dans ces mêmes cultures, aussi bien en "Occident" que dans l’"islam", est devenue la tâche urgente d’aujourd’hui ».

Civilité et citoyenneté

Quand je vois aujourd’hui la montée des populismes, le recours au mensonge et à la manipulation par des hommes politiques de premier plan, la course effrénée des médias à être les premiers à sortir un scoop sans prendre le temps du croisement des sources ou sans veiller au respect de la vie privée ou de la douleur des personnes, je me dis qu’il n’est que temps que de se mobiliser pour inverser la vapeur ! Ne laissons pas l’égoïsme nous dominer, ni la violence submerger nos sociétés !

Il nous faut trouver une nouvelle manière de vivre ce que Norbert Elias appelait « la civilisation des mœurs » (Editions Calman, 2014), où nous saurons raison garder et maîtriser émotions et pulsions. La démocratie rime avec citoyenneté et cette dernière est appelée de tous ses vœux par l’immense majorité de la jeunesse de notre monde contemporain. Elle n’hésite pas à descendre dans les rues des villes et des villages pour appeler au changement dans tous les continents, de Hong Kong à New York, d’Alger à Beyrouth, de Stockholm à Bagdad.

Il est donc nécessaire de nous refuser à toute violence, de dominer nos peurs, de repousser notre tendance au repliement, d’arrêter toute tentation à la désespérance, et de laisser place à une véritable dynamique de fraternité, de responsabilité et d’innovation positive.

Ces dernières années, bien des responsables religieux se sont mobilisés et ont acté de telles orientations : Document sur la fraternité (février 2019), Charte de la Mecque (mai 2019) soutenue par 1 200 religieux musulmans du monde entier, contribution d’une vingtaine de religieux musulmans soufis sur « la fraternité pour la connaissance et la coopération » (juillet 2019), Mémorandum d’entente et d’amitié (septembre 2019), Charte de la Nouvelle Alliance de la Vertu (décembre 2019), encyclique Fratelli tutti (octobre 2020)… Des hommes politiques, des Prix Nobel, des acteurs associatifs, des intellectuels ont fait des propositions.

Osons-les rejoindre en commençant par ce qui est à la portée de chacun d’entre nous : parler et agir en famille, avec ses voisins, dans son lieu de travail, au sein de sa communauté spirituelle, dans ses lieux d’engagements. Ainsi n’auront pas été inutiles les morts de Vincent, Simone, Nadine, Samuel et de tant d’autres !

*****
P. Vincent Feroldi est directeur du Service national pour les relations avec les musulmans (SNRM), de la Conférence des évêques de France.

Lire aussi :
Après l’attentat de Nice, la fraternité affichée des musulmans envers les catholiques pour la Toussaint
Attentat de Nice : aux citoyens et aux catholiques de France, « nous, musulmans, sommes à vos côtés »