Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Définir l’islamophobie : le gouvernement britannique nomme un imam au poste d'expert indépendant

Rédigé par Benjamin Andria | Lundi 29 Juillet 2019



Définir l’islamophobie : le gouvernement britannique nomme un imam au poste d'expert indépendant
Le gouvernement britannique a annoncé, mardi 23 juillet, jour de la désignation de Boris Johnson au poste de Premier ministre, la nomination d’un expert indépendant en charge de l’élaboration d’une définition officielle de l’islamophobie.

C’est Qari Asim, qui officie en tant qu’imam à la mosquée Makkah de Leeds, qui a été désigné pour ce travail. L’homme, très impliqué dans diverses organisations œuvrant dans le dialogue interreligieux, est également le directeur juridique d’un grand cabinet d’avocats. Vice-président d'un groupe de travail gouvernemental sur la haine antimusulmane, Qari Asim « dirigera le processus d’élaboration d’une définition de l’islamophobie ». Il s’appuiera, pour ce faire, « sur les définitions de l’islamophobie actuellement à l’étude, incluant celle de l’APPG ».

Ce groupe parlementaire multipartite a proposé, fin 2018, une définition selon laquelle « l’islamophobie est enracinée dans le racisme et en constitue une forme qui cible les expressions de ce qui est musulman ou de ce qui est perçu comme étant musulman ». Une définition qui a été rejetée en mai dernier par l’exécutif, qui n'a pas, pour autant, choisi de clore le débat.

Qari Asim est chargé d’analyser les divers points de vue sur la question en vue d’obtenir un large consensus. « Pour faire face à la montée alarmante du sentiment antimusulman, il est impératif de définir l’islamophobie », insiste l’imam, qui a réitéré son engagement à collaborer avec « toutes les communautés musulmanes et les parties prenantes concernées pour formuler une définition juridiquement solide, complète et réaliste de l’islamophobie ». Une définition reconnue par tous « aura un impact considérable sur la protection des Britanniques musulmans ».

Lire aussi :
Islamophobie : le gouvernement britannique refuse l'adoption d'une nouvelle définition