Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

De l'amour de Dieu à la purification du coeur

Rédigé par Mahi Yacob | Vendredi 30 Août 2002

Les obscurités historiques et les excès de la théologie de l'inculturation, les médias, ont permis de soulever maintes objections quant à la notion de l'amour de Dieu en Islam. Dieu serait-il amour ou tout simplement un majestueux commandant ? Une profonde réflexion s'impose ici, dans le sens ou l'humanité peine aujourd'hui à approfondir sa spiritualité, celle de laisser jaillir en elle la fitra, ce noyau dogmatique, la nature première qui constitue l'écho de Dieu en chacun d'entre les hommes.



Les obscurités historiques et les excès de la théologie de l'inculturation, les médias, ont permis de soulever maintes objections quant à la notion de l'amour de Dieu en Islam. Dieu serait-il amour ou tout simplement un majestueux commandant ? Une profonde réflexion s'impose ici, dans le sens ou l'humanité peine aujourd'hui à approfondir sa spiritualité, celle de laisser jaillir en elle la fitra, ce noyau dogmatique, la nature première qui constitue l'écho de Dieu en chacun d'entre les hommes.

Un des noms de Dieu est Al Wadoud, L'Amour, qui est une des caractéristiques de Sa seigneurie, al-ruboubiyya. Dieu s'adresse souvent au cœur des croyants, qui est l'habitacle de l'amour. Il dit, exalté soit-Il : 'Quel souvenir pour qui a un cœur et sait prêter attention'(1).
La notion hubb, amour, est relatée dans un verset clef, : 'Oh ! vous les croyants, celui qui d'entre vous renie sa voie (religion), {qu'il sache que}, Dieu suscitera un peuple qu'Il aime et qui l'aimeront '(2) .

Le rappel de Dieu est un excellent moyen pour atteindre la connaissance parfaite de Dieu, une véritable passerelle pour la jouissance de la confiance, de la sérénité auprès du seigneur et de l'initiation à sa morale qu'Il nous a prescrite(3) .
Pour le fidèle soucieux de son salut, le rappel de Dieu est un besoin vital(4) .
'Ceux qui croient et dont les cœurs se tranquillisent au rappel de Dieu, certes, c'est au rappel de Dieu que se tranquillisent les cœurs'(5) .
Le signe de l'amour de Dieu est l'amour du dikr, tel le proclame le hadith.

Aimer Dieu est l'aimer pour Lui-même, pour ce qu'Il est.
'Certains hommes prennent en deçà de Dieu des égaux, qu'ils aiment comme on aime Dieu ; or les croyants sont les plus ardents en l'amour de Dieu. ' (6)

Cet amour constitue la vie du cœur et de l'esprit.
Al Mawsili disait : 'l'amant n'éprouve aucun plaisir dans ce bas monde si ce n'est dans le rappel de Dieu. '

Selon Anas Ibn Malik, le prophète a dit : 'lorsque Dieu aime un homme, il l'éprouve, si celui-ci patiente, Il le choisit(par un paramètre d'élection), si celui-ci est satisfait, Il le purifie. ' Rapporté par Tirmidhi.

L'amour de Dieu est une décolonisation de l'intériorité de la dépression, de la possession d'une tentation quelconque et de la passion. C'est le cœur et l'esprit qui sont les espaces à libérer. Ceci en faveur de réfléchir et de composer avec son intérieur dans son cheminement vers Dieu. L'aliénation aux bassesses, il faut pouvoir en faire l'économie.
Ceci étant, l'amour de Dieu nécessite un travail profond sur son ego qui permettra de retrouver la splendeur de la pureté originelle, al fitra, le noyau dogmatique, pour reprendre une expression d'Olivier ABEL.

Le Coran confirme : ' Dieu est la lumière des cieux et de la terre {…}, lumière doublée d'une lumière. ' (7) Il s'agit en effet du souffle et de l'écho de Dieu en l'homme. A cette lumière, vient se rajouter une seconde lumière, celle du choix délibéré de la foi, qui permet alors au cœur de se doter de cette double lumière qui constitue l'essence de l'amour en Dieu. Il faut cependant savoir que c'est cette aspiration vers l'amour divin qui motive l'éducation spirituelle. L'éducation de l'âme nécessite au préalable la connaissance de ses faiblesses, à savoir les maladies de la tentation, shahawat, et les maladies du soupçon, shoubouhat. Une connaissance des remèdes est alors primordiale.

Le Coran distingue alors trois sortes d'ego, nafs. Face à l'ego, nafs, instigatrice du mal, al 'amara bi al soue,(8) le Coran éveille l'aspiration vers l'ego blâmable, al lawâma,(9) afin de s'élever vers l'ego apaisé, al mutma'ina.(10) Ceux-ci sont divers aspects que prend l'âme à travers son cheminement spirituel.
Les maîtres soufis considèrent que l'éducation du cœur, en vue d'atteindre la splendeur de l'amour divin, ne passe que par l'abandon de certains excès ;
-l'excès du sommeil, afin de permettre de se rapprocher de Dieu et acquérir sa lumière durant les ténèbres de la nuit,
-l'excès de la parole, afin de ne se préoccuper que de l'invocation, dou'a, et du rappel de Dieu, dhikr,
-l'excès de la nourriture, afin d'atteindre le niveau de la piété par le jeûne,
-l'excès des fréquentations, afin d'éveiller la conscience à la retraite spirituelle et l'exil avec sa conscience pour l'intimité avec Dieu.

Ainsi, nous pourrons dire que nous aspirons à entretenir l'amour de Dieu qu'il faut mériter. Le Pr. Cheick Sadek CHARAF, sainteté sur son âme disait : ' Le cœur est l'artisan du changement ', 'Nul repos pour le croyant, en deçà de la rencontre de Dieu ', 'Celui qui est rattaché avec Dieu, ne désespère jamais '.
Le sujet mérite une plus profonde méditation, mais nous voulons donner ici une idée de la dimension profonde de cet amour, sans ne pouvoir l'illustrer ces quelques vers :

' Le cœur qui, à cet amour a bu,
Est, pour moi, le miroir
Où Dieu se fait voir,
Afin que j'y contemple Ses attributs,
Cœur apaisé de l'humain
Qui transperce les ténèbres,
Cœur de l'éternelle lueur,
Où retentit l'infini du divin '


(1) Coran, Sourate L verset 37.
(2) Ibid., Sourate 5 verset 54.
(3) CHARAF Sadek, Le Rappel et l'Invocation de Dieu, p. 8.
(4) Ibid., p. 17.
(5) Op. cit., Sourate 13 verset 28.
(6) Ibid., Sourate 2 verset 165.
(7) Ibid., Sourate 24 verset 25.
(8) Ibid., Sourate 12 verset 53.
(9) Ibid., Sourate 75 verset 02.
(10) Ibid., Sourate 89 verset 27
.