Connectez-vous S'inscrire
Rss
YouTube
Instagram
Google+
Twitter
Facebook
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité







Points de vue

David vaincra-t-il Goliath ? Les assauts de la modernité face aux remparts de la foi

Rédigé par Ahmed Abdouni | Mardi 29 Août 2017



David vaincra-t-il Goliath ? Les assauts de la modernité face aux remparts de la foi
Et « David tua Goliath » (Coran 2- 250). Si David a pu terrasser Goliath, c’est avec la permission de Dieu, car le rapport de forces entre les deux belligérants était largement en faveur de Goliath. Le bien a vaincu le mal et la vérité a éclaté au grand jour.

Une vérité qui ne se conçoit que par la foi, « c’est-à-dire cette capacité de voir au-delà des choses que tout le monde voit. (…) Et d’ajouter, au monde et aux choses tels qu’ils sont, une dimension surnaturelle perceptible aux seuls croyants» et dont la certitude est puisée dans cette foi », dira Jean Bottéro, auteur de Naissance de Dieu (Ed. Folio, décembre 2015).

Le combat David vs Goliath ne fait que commencer dans le monde islamique

Depuis que les hommes ont cru devoir subordonner la réussite de leur vie sociale et politique à leur vie religieuse, la foi a, pendant de longs siècles, expliqué la prospérité et la grandeur des pays de l’islam. L’irruption de l’Occident avec sa modernité et sa supériorité en tant que puissance matérielle et culturelle, sans l’aide, et même pourrait-on dire, des fois contre la foi sur la scène du monde l’a rendu doublement coupable aux yeux de certains musulmans.

Coupable d’une part, d’avoir destitué Dieu de son trône d’où il gérait la vie sur Terre, et d’autre part, de l’avoir remplacé par une matérialité vulgaire et surtout dénuée de toute morale religieuse, reléguant l’affectif au rang de subalterne. Ainsi, l’homme, dans son individualité, est propulsé au rôle de décideur ultime du déroulement de sa vie et de son destin alors qu’il n’est que créature faible et contingente. On a ainsi l’impression que Dieu l’Omnipotent, l’Omniscient, est relégué au rang et au rôle de suppléant, de complément pour les besoins irrationnels que l’homme éprouve encore.

Si, en Occident, Goliath a définitivement — du moins dans un horizon assez lointain — pris sa revanche sur David, le combat entre les deux protagonistes ne fait que commencer dans le monde islamique. Les progrès économiques, sociaux, culturels et politiques que le monde islamique connait depuis que, forcé, il s’est ouvert à l’apport de la modernité inventée par l’Occident et dont elle est devenue synonyme, a perturbé et mis à mal le calme et la sérénité religieuses qu’il a connu pendant des siècles durant, en dormant sur ses lauriers.

La suprématie acquise par la modernité sur le monde n’a laissé aucune chance aux systèmes hérités des anciennes civilisations

La modernité, en plus des avantages qu’elle procure dans l’immédiat et les espoirs qu’elle permet, a ce pouvoir de remettre en cause les certitudes anciennes. Le modèle islamique se trouve ainsi chancelant, voire bringuebalant à cause des incursions de la modernité et ses coups de bélier quotidiens contre ses bastions les plus fortifiés. L’issue est fatale, si la parade n’est pas trouvée.

Quelle stratégie faut-il adopter face à la déferlante de la modernité, ses catapultes qui se renforcent et gagnent en portée ? Se replier sur ses positions afin de les consolider et les fortifier en renouvelant le pacte de confiance conclu avec Dieu ? Se rendre et se constituer vaincu en abandonnant armes et bagages et jusqu’à son identité en s’assimilant au vainqueur ? Ou négocier une paix honorable profitable à tous où il n’y aura ni vaincu, ni vainqueur, ni dominateur, ni dominé, mais une reprise de la coopération commencé il y a plusieurs siècles, cependant interrompue par les aléas de la vie, où les échanges furent fructueux et les apports respectifs mutuellement assimilés ? Il est certain que, dans le choix de la coopération et de l’entente cordiale, il y a le fond commun — cette humanité tourmentée — même si les développements sont divers au gré des certitudes individuelles encadrées par un souci pour l’ensemble.

La suprématie acquise par la modernité sur le monde n’a laissé aucune chance, aucun répit aux systèmes hérités des anciennes civilisations. Son caractère envahissant a balayé toutes les résistances sur son chemin et d’abord celles qui se rapportent au confort matériel. Son mode de consommation et de vie en général, en offrant des avantages et un accès facile, a envahi les coins les plus reculés du monde.

La foi religieuse devenue un simple symbole de l’existence d’une spiritualité fondant l’identité

En goûtant aux délices de la nouvelle façon de vivre initiée par la modernité et mise à portée grâce aux moyens de communication qu’elle a développés de manière extraordinaire, ses nouveaux adeptes dans le monde musulman n’ont pu empêché d’être contaminés par le nouveau culte qu’elle prône. Celui-ci a gagné, en grignotant au départ, mais en accaparant par la suite, quand son emprise est devenue inéluctable, des espaces importants, autrefois chasse gardée de la foi religieuse. Cette dernière est devenue un simple symbole de l’existence d’une spiritualité qui fonde l’identité. L’écart s’étant énormément réduit entre les modes culturels islamique et occidental au détriment, bien évidemment, du premier.

L’antagonisme religieux ancien qui fondait la séparation Occident-monde islamique, s’il s’est largement atténué chez une bonne partie des musulmans, une minorité agissante, turbulente et troublante, car dépossédée de son contrôle sur la société, le voit exacerbé et même porté à son paroxysme, car touche-t-il le cœur de l’identité du musulman. Celle-ci, pense-t-elle est mise en danger par le fait que le musulman commence à se prendre en charge de façon individuelle en fonction de ce que lui dicte sa conscience. Une attitude qui conduit à secouer et à mettre à bas le joug d’une orthodoxie devenue trop pesante face aux horizons qui s’ouvrent devant lui. Tel est le dilemme.

*****
Ahmed Abdouni est un ancien diplomate marocain.

Du même auteur :
La science infuse du salafisme
Femme : le bijou qui ne quittera jamais son écrin
Islam : nous avons voulu transcender l’Histoire, et l’Histoire nous a condamnés
Le ventre mou du salafisme
Le combat perdu du salafisme
Les trois visions de la religion islamique
Police de la pensée et vérité de certains hadiths
Et si nous changions l’esprit dans lequel nous lisons le Coran ?





Loading