Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Religions

Caricatures : « Pas de vraie liberté sans respect et sans fraternité » pour l’Eglise catholique

Rédigé par Saphirnews | Samedi 7 Novembre 2020 à 14:05

           

Après les attentats de Conflans-Sainte-Honorine et de Nice, les évêques de France, réunis en Assemblée plénière du 3 au 8 novembre en visioconférence, ont publié une déclaration, samedi 7 novembre, dans laquelle ils lancent un appel au « respect » et à la « fraternité ». « La liberté doit être défendue, sans faiblesse. Est-ce à dire que la liberté d’expression ne doit connaitre aucune retenue vis-à-vis d’autrui et ignorer la nécessité du débat et du dialogue ? », s’interrogent les hommes d’église.

« Tout est permis, mais tout n’est pas constructif », ont-ils fait savoir, partageant publiquement leur « conviction profonde », à savoir que « la liberté grandit quand elle va de pair avec la fraternité ». A l'heure où les débats autour des caricatures sont vifs, l'Eglise catholique partage sa position dans une déclaration qui suit, communiquée le jour de l’hommage national aux victimes de Nice.



Caricatures : « Pas de vraie liberté sans respect et sans fraternité » pour l’Eglise catholique
Après les attentats, « pas de vraie liberté sans respect et sans fraternité »

« Profondément meurtris par les attentats islamistes et plus particulièrement par celui d’un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine puis de trois catholiques dans une église de Nice, les évêques de France réunis en Assemblée plénière condamnent sans réserve ces crimes.

Ils rappellent la forte déclaration du Pape François dans son encyclique Tous frères : « Le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb et moi-même avons déclaré fermement que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang. » (Fratelli Tutti, octobre 2020)

En s’associant à l’hommage national qui est rendu aujourd’hui à Simone, Nadine et Vincent, les évêques de France interpellent tous leurs compatriotes :

Et si nous commencions par le respect et la fraternité ?

La liberté doit être défendue, sans faiblesse. Est-ce à dire que la liberté d’expression ne doit connaitre aucune retenue vis-à-vis d’autrui et ignorer la nécessité du débat et du dialogue ? Oui, les croyants, comme tous les citoyens, peuvent être blessés par des injures, des railleries et aussi par des caricatures offensantes.

Plus qu’à des lois supplémentaires, nous invitons chacun, en conscience, au respect.

« Liberté, égalité, fraternité » : la fraternité est une valeur républicaine. Notre exercice de la liberté ne peut pas l’ignorer. Nous devons en tenir compte dans nos comportements individuels et collectifs, personnels et institutionnels.

Nous vous partageons notre conviction profonde : la liberté grandit quand elle va de pair avec la fraternité.

Comme le dit Saint-Paul : « "Tout est permis", dit-on, mais (…) tout n'est pas bon", "Tout est permis, mais tout n’est pas constructif". Que personne ne cherche son propre intérêt, mais celui d’autrui » (1 Cor 10, 23-24).

Il est temps de réfléchir à la manière dont nos institutions collectives et nos comportements individuels doivent promouvoir le respect et déployer la fraternité. Cette réflexion urgente doit être engagée par les pouvoirs publics. Elle concerne chacun d’entre nous. Elle nous concerne tous. »

Lire aussi :
Après Conflans et Nice, des hommes d'église s'opposent ouvertement aux caricatures religieuses
Fratelli Tutti : Vivre la fraternité, « un défi que nous devons relever ensemble dans la diversité de nos croyances et de nos cultures »
Avec Fratelli Tutti, le pape inscrit l'urgence de la fraternité dans une encyclique adressée à l'humanité