Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Bonnet phrygien vs hijab, l'intégration selon Nadia Hamour

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 6 Janvier 2016



Bonnet phrygien vs hijab, l'intégration selon Nadia Hamour
On pourrait croire à une blague mais c’est le plus sérieusement du monde que Nadia Hamour a formulé sa proposition lors d’un entretien récent au Figaro. La secrétaire nationale du parti Les Républicains chargée des questions liées à l’intégration a fait sensation en déclarant : « Les musulmanes peuvent remplacer le voile par un bonnet phrygien. Ça en ferait des républicaines, la République se baladerait partout dans les rues. »

Musulmane assumée, Nadia Hamour ne cache cependant pas son désamour pour le port du voile qui, selon elle, « pose problème ». Elle aimerait « profiter du contexte actuel pour aller plus loin que la loi de 2004 » qui a interdit les signes religieux à l’école. Elle suggère une loi interdisant le hijab pour des raisons de sécurité car, « sous ce déguisement, on peut avoir une ceinture d'explosifs à la taille ». Sauf qu'aux dernières nouvelles, le voile ne se porte pas à la taille : il désigne seulement un foulard recouvrant la tête. Nadia Hamour a aussi exprimé son inquiétude quant à l’insertion professionnelle des musulmanes. « Comment une femme voilée peut-elle devenir pilote de ligne ou chirurgien ? C'est de l'exclusion vestimentaire ! », juge-t-elle.

Maitre de conférences en géopolitique de la Méditerranée à Sciences Po, Hamour a été conseillère au ministère de la ville entre 2009 et 2012. Elle y a prodigué ses conseils pour diverses réalisations au service l’Union pour la Méditerranée. Franco-algérienne, elle s’inscrit en opposition à la déchéance de la nationalité pour les binationaux, qu'elle considère comme un risque d'ouverture de « la boîte de Pandore » si le Front national devait accéder au pouvoir.

Elle se positionne plutôt pour l’inscription dans la Constitution d’une obligation d’être assimilé pour devenir Français. Nadia Hamour souhaite « obliger les femmes qui arrivent dans le cadre du regroupement familial à parler notre langue » et que de manière générale, les candidats à l’immigration « prennent des cours renforcés de français, d'histoire, améliorent leurs connaissances des institutions françaises, dans leur pays d'origine ».

Celle que Le Figaro voit déjà prendre la place de Lydia Guirous, qui « ne fait pas l’unanimité au sein des Républicains », fait un bad buzz avec ses déclarations. L'intégration des femmes musulmanes en France est une sérieuse question qui mérite mieux que de futiles et absurdes propositions.

Lire aussi :
Laïcité : avis de tempête et coin de ciel bleu
Sorties scolaires : la victoire judiciaire des mères voilées de Méru
Jean Baubérot face aux interdictions du voile : « La laïcité n’est pas une religion civile »
Les lois anti-voile signent « la mort sociale des musulmanes »