Connectez-vous S'inscrire






Société

Voile à l’école : le courage de s’opposer à la loi Stasi et ses dérives

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 16 Décembre 2013

Abroger la loi de 2004 portant interdiction aux signes religieux – le foulard en particulier – à l’école ? Une idée impensable pour l’ensemble de la classe politique française, qui, avec la laïcité pour fer de lance, a bâti un consensus national autour de cette question, balayant l'avis d'une majorité de citoyens de confession musulmane. Aussi, dès lors que des instances et personnalités osent aller à contre-courant, c’est une levée de boucliers générale assurée. Mais a-t-on encore le droit de dire son opposition à cette loi et à ses dérives, bien réelles ? Heureusement que oui.



Voile à l’école : le courage de s’opposer à la loi Stasi et ses dérives
Refonder la politique d’intégration en France, c’est l’objet du rapport remis en novembre à Matignon mais médiatisé uniquement le 13 décembre. Sur 276 pages, quelques lignes ont retenu toute l'attention politique et médiatique jusqu'à faire trembler la République : il est temps de supprimer les « dispositions légales et réglementaires scolaires discriminatoires » telles que la loi du 15 mars 2004 interdisant le voile dans les collèges et lycées publics, et la circulaire Chatel concernant l'accompagnement de parents aux sorties scolaires.

« Ces réglementations, outre de comporter elles-mêmes de manière implicite une logique discriminatoire, qui joue au final sur la perte de confiance dans l'institution scolaire, servent de justification pour une extension des pratiques discriminatoires dans de nombreux secteurs (entreprises, universités et centres de formation, cantines scolaires, structures de la petite enfance, services publics...) », lit-on dans le rapport.

La « longue entreprise » d’instrumentalisation de la laïcité

Plus tôt, les rapporteurs écrivent que depuis 1989 et la polémique du « foulard islamique », « on assiste à une longue entreprise politique d'instrumentalisation et de déviation du thème de la laïcité. (…) Entre 1989 et 2004, donc, l'entreprise politique intégrationniste a su imposer une inversion de l'interprétation de la "laïcité", justifiée par une logique de soupçon à l'égard de l'islam ».

La cristallisation, relative à cette histoire, « conduit à renforcer l'altérisation et à dramatiser tout particulièrement le statut de l'islam, en le construisant en "obstacle à l'intégration" - alors que tous les travaux scientifiques sur le rapport des musulmans à la société française invalident cette analyse », appuie le rapport.

Le pavé est enfin jeté dans la mare, le débat relancé mais pour aussitôt le clore du côté des partis : comment peut-on oser remettre en cause une loi réputée pour ses défenseurs en totale adéquation aux sacro-saintes valeurs républicaines ? A droite, on fustige un rapport « dangereux » qui « érige le communautarisme comme nouveau modèle pour la France » A gauche, les dents grincent aussi fort. Pour Manuel Valls pour qui le voile doit rester « un combat essentiel », le rapport contient « des aspects inacceptables ». Sans tarder, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a exclu l'idée d'un retour à la loi. « Evidemment ».

Le débat rendu impossible

Et pourtant, il n’y a rien d’évident à se positionner ainsi. Toute la force de la loi du 15 mars 2004 est d’avoir su légaliser et donc légitimer une exclusion discriminant les musulmanes (et les sikhs au passage), rendant (presque) impossible la critique au risque d’être taxé, sans débat permis, de « communautaristes » et d’« anti-républicains ».

Les critiques émanant particulièrement des communautés musulmanes sont d’emblée disqualifiées par les éltes politico-médiatiques car non conformes à une opinion bien pensante qui milite pour une définition toujours plus restrictifve de la laïcité avec, pour point de départ, la loi de 2004, condamnée aussi par le Comité des droits de l'homme de l’ONU.

Voile à l’école : le courage de s’opposer à la loi Stasi et ses dérives

Ses effets pervers occultés

Dix ans après, force est de constater les dérives de la loi Stasi. Les polémiques à l’école à propos de « jupes longues », de bandanas avec l'affaire Sirine ou de goûters de Noël excluant des parents d'élèves en sont quelques-unes des brillantes illustrations.

Surtout, on notera l’existence depuis 2012 de la circulaire Chatel dont le nouveau rapport sur l’intégration souligne qu’elle est « en parfaite contradiction avec l'injonction qui est faite par ailleurs aux parents de s'impliquer dans le suivi scolaire de leurs enfants ». Les viles polémiques sur le voile ont par ailleurs trouvé un écho dans le secteur de la petite enfance, de l’entreprise et du monde universitaire.

« Le courage de l’abroger »

Pour le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), on assure à Saphirnews qu’à chaque affaire qui leur est adressée la majorité des discriminants mobilise les lois de 2004 mais aussi celle de 2010 contre le niqab « pour justifier des discriminations » en « les appliquant hors de leur contexte ». La loi Stasi a eu « des dommages collatéraux sur la société en dehors de l’école publique, donc il est bel et bien temps de dresser un bilan ». Pour le CCIF, « il est négatif, porteur d’injustices et de dégradation du lien social dans notre société et il faut avoir le courage de l’abroger », nous déclare son porte-parole Marwan Muhammad.

Comme le CCIF, d’autres associations en France – citons entre autres le Collectif des féministes pour l'égalité (CFPE) – se mobilisent pour réclamer une révision de la loi et ainsi ébranler un consensus jugé islamophobe. A mille lieues de là, Vincent Peillon, ministre de l’Education, a fait savoir qu’il « n'y aura pas de retour du voile à l'école. Il n'en a jamais été question ». La loi ne sera pas remise en cause de sitôt mais le débat va agiter un moment la scène française. Parce qu'il le faut bien.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu