Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Au Canada, des musulmans à l'aide d'une église vandalisée

Rédigé par Mérième Alaoui | Mardi 30 Juin 2015



L’imam Hamid Slimi, du Centre Sayeda Khadija, voisin de l’égilise catholique Sainte-Catherine de Sienne vandalisée en mai.
L’imam Hamid Slimi, du Centre Sayeda Khadija, voisin de l’égilise catholique Sainte-Catherine de Sienne vandalisée en mai.
« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Prenant ces mots de l'Evangile au pied de la lettre, les fidèles qui fréquentent la mosquée de Mississauga, dans l'Etat de l’Ontario, au Canada, ils ont fait un don de 5 000 dollars pour aider l’église catholique Sainte-Catherine de Sienne, profanée et vandalisée le 20 mai dernier.

Après avoir découvert l’incident dans les médias, l’imam Hamid Slimi, du Centre Sayeda Khadija, voisin de l’égilise, a décidé de se rendre sur place pour constater les faits, raconte Metronews Canada. Le Père Camillo Lando lui a alors montré les vidéos issues des caméras de vidéosurveillance où on voit un jeune homme déchirer des pages de la Bible sur l'autel, voler des enceintes, jeter la croix sur le sol… Quelques jours plus tard, l'église avait de nouveau été attaquée. Sur la façade, des inscriptions « There is no jew god » (Il n’y a pas de dieu juif) s’y étalaient avec un dessin surnommé « Jewsus » (« Juifsus »). Les travaux ont été estimés à 1 000 dollars.

« Quand j’ai vu ceci, j'ai pensé que c'était de la pure injustice », explique l’imam Slimi. Choqué par ces actes, l’imam interpelle sa communauté lors d'un sermon du vendredi, les recommandant vivement de faire des dons pour l'église. Message entendu : il a réussi à lever environ 5 000 dollars en une seule journée. « Nous pensons qu'il n'y a aucune discrimination dans l’œuvre de bienfaisance. C'est l'acte qui est récompensé. Cela n'a pas d'importance qui est le destinataire », a déclaré l'imam.

Emu de ce geste, le père Lando considère que c’est « une preuve de confiance et de compréhension. Nous marchons ensemble dans cette communauté. Nous gardons notre foi et nous devons honorer et respecter les autres peuples ».

L'auteur des faits arrêté

Quelques jours après les faits de vandalisme, la police a arrêté Iqbal Hessan, 22 ans. Pendant son audition, le jeune homme a raconté qu'il a été « contrarié par la religion chrétienne ». Mais son père a, de son côté, expliqué à la cour que son fils a été diagnostiqué schizophrène.

Sur cette base, les poursuites pour « crime de haine » ne devraient pas être retenues car « il n'y avait aucune preuve d’une mauvaise intention », a déclaré la porte-parole de la police, Fiona Thivierge. Le jugement est attendu ce jour, le 30 juin.

L'église et la congrégation, établies depuis 1956, reste tout de même traumatisée. Malgré tout, le père Lando a demandé à sa communauté de pardonner. « Notre attitude doit être celle de la prière pour l’auteur de ces actes. Pour pardonner et oublier », a-t-il communiqué.

Lire aussi :
Canada : les électeurs musulmans, au nombre record, convoités
USA : les musulmans appellent à une journée de prière pour Charleston
Belgique : la fraternité judéo-musulmane à l'œuvre pour rénover une synagogue
Canada : Confiance aveugle, une expérience sociale contre l'islamphobie (vidéo)




Loading