Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Sur le vif

Attentat de Conflans : la fermeture de la mosquée de Pantin ordonnée par Gérald Darmanin

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 19 Octobre 2020 à 21:00

           


Attentat de Conflans : la fermeture de la mosquée de Pantin ordonnée par Gérald Darmanin
Trois jours après l'assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, Gérald Darmanin a annoncé, lundi 19 octobre, la fermeture de la mosquée de Pantin, en Seine-Saint-Denis.

« J'ai demandé au préfet de la Seine-Saint-Denis de faire fermer la mosquée de Pantin puisque son dirigeant a relayé le message disant que le professeur devait être intimidé. Le préfet signe ce soir son interdiction. Si la justice donne raison, ce sera six mois d'interdiction », a précisé le ministre de l'Intérieur au JT de 20h de TF1.

Le président de l'association gestionnaire du lieu de culte, M'hammed Henniche, avait relayé le 9 octobre, sur la page Facebook de la mosquée la vidéo du parent d'élève dénonçant le professeur d'histoire pour avoir montré des caricatures du Prophète. Le post a été retiré de la page Facebook après l'assassinat mais trop tard, les captures d'écran circulaient déjà pour preuve de la diffusion de la vidéo considérée par Gérald Darmanin comme une « fatwa » contre Samuel Paty.

La mosquée de M'hammed Henniche, également président de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM 93), a publiquement condamné l'attentat, appelant ses fidèles à se joindre au rassemblement organisé dimanche 18 octobre à Paris à l'appel des syndicats enseignants. Une condamnation et un appel qui n'ont donc pas suffit aux autorités au regard de la décision du ministère.

Après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, plusieurs opérations policières ont été très vite lancées par les autorités à la demande du chef de l'Etat Emmanuel Macron. « Le président nous a demandé hier d'accélérer un certain nombre d'opérations toujours sous le contrôle du juge. (...) Ces opérations ont pour but que la sidération change de camp. Le but de ces opérations, c'est d'intimider ceux qui essayent de nous intimider », a indiqué le ministre de l'intérieur, qui s'active pour la dissolution de plusieurs associations accusées d'entretenir « le separatisme islamiste » et d'être « des ennemies de la République ».

Lire aussi :
Après l'attentat de Conflans, Gérald Darmanin veut la dissolution du CCIF
Après l'attentat de Conflans, les hommages appuyés à Samuel Paty au nom des libertés