Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Aimer, est-ce que ça s’apprend ?

De l’amour

Rédigé par | Mercredi 19 Juillet 2017



Aimer, est-ce que ça s’apprend ?
La plupart des gens croient aujourd’hui que l’amour est une question de sensation, de sentiment, d’expérience. On croit qu’aimer, c’est simple, et que ce qui est difficile, c’est avant tout de trouver « la bonne personne ».

On croit qu’aimer, ça ne s’apprend pas. On n’imagine pas que l’amour est un savoir-vivre : connaître le sens de la vie ; connaître la sagesse pour prendre les bonnes décisions dans sa vie ; savoir vivre à deux et en famille plus large, etc.

Or, « (…) l’amour est un art, tout comme vivre est un art ; si nous voulons apprendre comment aimer, nous devons procéder de la même manière que pour apprendre n’importe quel autre art, à savoir la musique, la peinture, la charpenterie, ou l’art de la médecine ou de la mécanique » (Erich Fromm, The Art of Loving, 1956).

Ainsi, en tant que vision de la vie, l’amour implique une vision du bonheur, de la liberté, de la responsabilité, du couple et de la famille ; une vision de ce qui a de la valeur et qui mérite d’être réalisé dans la vie… En tant qu’art de vivre, l’amour est une activité et non pas simplement un sentiment passif ; c’est un « rester dedans » (rester amoureux) et non pas un « tomber dedans » (tomber amoureux) ; c’est l’art de donner et de recevoir, et non pas le souci égoïste de recevoir en permanence.

L’art de se transformer soi-même

L’art d’aimer est aussi un art de se transformer soi-même : « La quête de l’amour nous transforme. Il n’y a aucun chercheur, parmi ceux qui cherchent l’Amour, qui n’ait pas mûri sur le chemin. Au moment où vous commencez à rechercher l’amour, vous commencez à changer en dedans et en dehors. Il est facile d’aimer la perfection. La difficulté consiste à aimer l’humain avec son bon côté et son mauvais côté. On connaît principalement autant que l’on aime. En n’aimant que Dieu, mais pas ses créatures, on ne peut jamais vraiment savoir, ni vraiment aimer » (Shams Tabrizi, cité dans Elif Shafak, Soufi, mon amour, 2010).

Ainsi, s’initier à l’amour, c’est se préparer à un long voyage : « L’amour est un Voyage. Tous les voyageurs, qu’ils le veuillent ou non, sont changés. Personne ne peut voyager dans l’amour et rester le même » (Elif Shafak, idem).

Parce qu’aimer, ça s’apprend, nous avons besoin aujourd’hui de désapprendre pour réapprendre à aimer vraiment. En effet, l’homme et la femme de notre temps ont besoin de dépolluer leur imaginaire de l’amour, du couple et de la famille. Il ne suffit pas de s’aimer, d’avoir des sentiments profonds, de savoir communiquer, de se marier ou de respecter quelques limites…, pour que la flamme de l’amour reste allumée et pour que le couple soit épanoui.

Une forme de sagesse

En vérité, aimer, vivre en couple et en famille, c’est une forme de sagesse, c’est tout un art de vivre, un savoir-faire, un savoir-être, un savoir vivre ensemble, une somme de compétences : l’art de dire oui/non selon les situations ; l’art de dialoguer ou de faire silence ; l’art de donner, d’offrir, de pardonner ; l’art de recevoir, d’accueillir ; l’art de créer du beau et de la joie autour de soi ; l’art de cultiver le désir et la tendresse ; l’art d’animer son réseau social familial et amical ; l’art d’être homme et l’art d’être femme ; l’art d’être fidèle au beau, au vrai, au bien commun et au juste dans toutes les choses de la vie… Mais où peut-on bien apprendre cet art ?

Chaque personne, homme et femme, jeune et vieille, a besoin de tout un « village », de tout un réseau social familial et amical pour s’initier à cet art d’aimer, de vivre en couple et en famille.

En effet, très tôt et en permanence, chacun doit apprendre à aimer, à s’habituer à prendre soin de son entourage : de son petit frère ou de sa petite sœur, de son cousin ou de sa cousine, mais aussi des animaux, des insectes et des plantes qui l’entourent. Car en s’habituant à prendre soin de toutes ces créatures, on est en train de développer sa capacité à prendre soin de la délicate créature que l’on choisira pour épouse ou pour époux demain.

L’islam une sagesse universelle, une philosophie de vie destinée à tous, un chemin d’initiation à l’art de vivre en couple, en famille et en société. Cette sagesse prend sa source dans le Coran, dans une Parole ouverte à tous, un bien commun que l’on retrouve en tout temps et en tout lieu. Aucune époque, aucune civilisation, aucune communauté n’a le monopole du vrai, du bien et du juste en matière d’amour, de couple et de famille. Personne n’a le monopole et la propriété de la sagesse.

Les hommes et les femmes de valeurs suivent la sagesse où qu’elle se trouve, chez les gens qui leur ressemblent de même que chez ceux qui leur sont étrangers, dans le passé de même que dans le présent. La sagesse est Une car Dieu est Un.



De formation pluridisciplinaire – philosophie (université Sorbonne-Paris-I), sociologie (Sciences... En savoir plus sur cet auteur



Loading