Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

 


Sur le vif

Affaire Idrissa Gueye : quand la religion est convoquée à tort et à travers contre l'homophobie

Rédigé par Lionel Lemonier | Jeudi 19 Mai 2022 à 16:00

           


L'international sénégalais Idrissa Gueye, qui évolue au PSG, est au cœur d'une polémique depuis son refus de porter un maillot aux couleurs arc-en-ciel visant à lutter contre l'homophobie. © Capture d'écran YouTube/PSG
L'international sénégalais Idrissa Gueye, qui évolue au PSG, est au cœur d'une polémique depuis son refus de porter un maillot aux couleurs arc-en-ciel visant à lutter contre l'homophobie. © Capture d'écran YouTube/PSG
La Fédération française de football (FFF) met la pression sur Idrissa Gana Gueye. Le joueur de l’équipe du Paris-Saint-Germain est soupçonné d’avoir déclaré forfait pour de mauvaises raisons, samedi 14 mai, à l’occasion d’un match de la 37e journée de Ligue 1. Une opération « Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot », visant à lutter contre l'homophobie, avait en effet lieu pendant cette rencontre sportive : les joueurs devraient porter un maillot avec leur numéro aux couleurs en arc-en-ciel.

Le milieu de terrain sénégalais est accusé d’avoir évité ce match à Montpellier afin de ne pas porter le maillot floqué aux couleurs des fiertés LGBT. Mercredi 18 mai, il a reçu une demande très claire du Conseil national de l’éthique (CNE) de la FFF. « De deux choses l’une, soit ces supputations sont infondées et nous vous invitons sans délai à vous exprimer afin de faire taire ces rumeurs. Nous vous invitons par exemple à accompagner votre message d’une photo de vous portant le maillot en question », lui intime l’instance dans un courrier relayé par L’Équipe.

« Soit ces rumeurs sont exactes. Dans ce cas, nous vous demandons de prendre conscience de la portée de votre geste et de la très grave erreur commise. La lutte contre les discriminations dont font l’objet les différentes minorités, quelles qu’elles soient, est un combat indispensable et de tous les instants. Qu’il s’agisse de la couleur de peau, de la religion ou de l’orientation sexuelle, ou de toute autre différence, toutes les discriminations reposent sur le même fondement qui est celui du rejet de l'autre parce qu'il est différent du plus grand nombre », poursuit l’instance.

Idrissa Gueye et Macky Sall.
Idrissa Gueye et Macky Sall.

Un soutien actif au Sénégal

Alors que le joueur refuse pour le moment de prendre la parole sur son geste et ses raisons, les prises de position sont nombreuses. Au Sénégal, les marques de soutien affluent comme l’écrivain El Hamidou Kassé, qui a déclaré sur Twitter soutenir Gueye « au nom du principe de la libre croyance et du respect des différences ».

Le mouvement « Y en a marre », actif notamment dans la défense de la démocratie, « dénonce avec vigueur cette diabolisation dont il (Gueye) est victime », dans un communiqué. Il appelle « le ministère des Sports et la Fédération sénégalaise de football à apporter un soutien officiel à Gana dans ces moments difficiles ».

L'affaire a pris une autre dimension lorsque le président de la République, Macky Sall, a décidé d'apporter un soutien très ferme au joueur, en faisant lui aussi référence à sa religion. « Je soutiens Idrissa Gana Gueye. Ses convictions religieuses doivent être respectées », indique-t-il dans un tweet lundi 17 mai. Dans ce pays à 95 % musulman, l’homosexualité est punie d’une peine d’un à cinq ans de prison, car elle est considérée comme une déviance.

La ministre des Sports réagit

Du côté des associations de lutte contre l'homophobie, de nombreuses voix réclament des explications à Idrissa Gueye. Au PSG, l'affaire embarrasse, au point de se désolidariser de son joueur, qui était absent du groupe « pour des raisons individuelles et personnelles ». Quant à la ministre des Sports Roxana Maracineanu, elle a jugé le choix de l’international sénégalais « regrettable » mais s'est refusé à demander de le pénaliser, renvoyant cette décision au PSG, selon Le Parisien. « Le club l’a mis de fait devant ses responsabilités en évoquant une motivation personnelle. Maintenant, la balle est dans son camp. (...) Je ne vais pas me substituer à son employeur, c’est à lui de voir quelles suites donner à cette affaire », a-t-elle déclaré.

« Je ne sais pas comment les clubs ont présenté l’initiative à leurs salariés. Si mettre un maillot avec des numéros arc-en-ciel peut paraître anodin, c’est un geste important et symbolique qui permet d’éduquer notre jeunesse. Un joueur peut refuser de le mettre, nous sommes en démocratie, mais je le répète de nouveau, je trouve cela regrettable. »

Patrick Anton, le président du CNE de la FFF qui signe le courrier, conclut sa lettre en précisant que « l'impact du football dans la société et la capacité des joueurs à représenter un modèle pour ceux qui les admirent nous donnent à tous une responsabilité particulière ». Un rappel par les autorités religieuses de ce que disent les différents textes sacrés sur la tolérance à l’égard de toutes les minorités serait aussi un moyen de calmer le jeu et d’amener un peu de sérénité dans ce débat.

Lire aussi :
Vidéo – La Casa del Hikma : l'homophobie, une haine admissible au nom des religions ?
Islam, homosexualité et homophobie, vus par Tareq Oubrou