Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Vœux 2011 : continuer à donner, aimer et donner encore… malgré tout

par Azzedine Gaci*

Rédigé par Azzedine Gaci | Samedi 1 Janvier 2011



Vœux 2011 : continuer à donner, aimer et donner encore… malgré tout
Mon frère, ma sœur,

Tout, au sein de ta communauté, qui n’en finit pas de se déchirer, te pousse à tout abandonner, à t'isoler, à ne t'occuper que de toi-même et de ta famille, à démissionner.

Il y a trop de problèmes, trop de divergences, trop de petits calculs personnels, trop d'amoureux du pouvoir et des sommets, trop de notables, trop de petits beurgeois, trop de militants pour un poste, un salaire, un titre ou une reconnaissance... bref un panier de crabes.

Il y a trop de fitna, trop de haine et d'agressivité, trop de trahisons, y compris parmi les plus proches, trop de mensonges, trop de discours qui sermonnent, trop de rumeurs et de médisance, trop de superficialité, de formalisme et d’ignorance, trop de juges… un champ de mines en somme.

Dans ce quotidien si difficile, si tourmenté et si insoutenable, il n'y a pas une nuit où ton cœur triste et lassé ne dise tout cela.

À quoi bon cette course perpétuelle en avant vers une hypothétique unité, qui semble de plus en plus inaccessible ? À quoi bon continuer à s’engager quand tant de frères et sœurs semblent t’avoir condamné… parfois, souvent, sans avoir pris la peine de te connaître.

Et, pourtant, chaque matin, dans la solitude et le doute, tu te vois assailli par des images qui interpellent ta conscience et ta responsabilité.

Il y a les larmes et les souffrances des opprimés, les victimes de toutes les injustices, les laissés-pour-compte, les sans-voix, les regards pleins de tristesse et il y a ceux de plus en plus nombreux à l’intimité meurtrie qui n’attendent rien d’autre qu’une présence chaleureuse, un sourire, des gestes de douceur ou un simple mot : je t’aime.

Tu prends la mesure de ta responsabilité devant Dieu et devant les Hommes, et tu t’en remets à l’évidence : je n’ai pas le droit de baisser les bras ; partir, c’est trahir ; tout lâcher, c’est oublier, L’oublier.

Je dois continuer à donner, à aimer, et donner encore malgré tout. Malgré les trahisons, les suspicions et la frilosité des soutiens. Continuer à servir avant de se servir, tout en cherchant en mon cœur la force de la patience, du courage et de la conviction.

Une chose est sûre : tu ne pourras pas continuer à donner malgré les obstacles, les suspicions, les trahisons si tu n’apprends pas à dialoguer avec Dieu, Lui dire tes déchirements, Lui confier tes faiblesses et tes fragilités. Il faut savoir trouver la paix à l'intérieur, la paix du cœur, pour te libérer des craintes à l'extérieur.

Il y aura toujours et encore les déceptions, les trahisons et les interrogations. Mais ta proximité avec le Tout-Miséricordieux, ta confiance en Lui et Sa Lumière te donneront la force d’offrir l'amour et le respect à ceux qui veulent t'imposer la haine et le rejet.

Que puisse Dieu t’aimer et t’offrir de L’aimer, te pardonner et te couvrir de Sa Miséricorde, t’accompagner et te protéger… toi et tous ceux que tu aimes en cette nouvelle année pour laquelle je t’offre mes meilleurs vœux. Que 2011 voit tes souhaits les plus chers se réaliser… Inshâ Allah.


* Azzedine Gaci est président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Rhône-Alpes.