Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Villiers-le-Bel : relaxe requise pour le policier

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 7 Juin 2013



Le procès du policier poursuivi pour la mort de deux adolescents dans un accident de la route à Villiers-le-Bel en 2007, s’est ouvert jeudi 6 juin.

Le parquet a requis vendredi la relaxe de l’agent qui conduisait la voiture de police entrée en collision avec la moto sur laquelle roulait Moushim, 15 ans, et Lakmy, 16 ans, le 27 novembre 2007. « Dire la vérité à des familles éplorées, ce n'est pas facile » a déclaré le procureur Henri Génin, qualifiant la conduite du pilote de la moto « d'essentielle et déterminante » dans l'accident.

Il a ainsi insisté sur « la prise de risques des deux jeunes », « leur comportement routier aberrant » et fait état d'une « énumération de fautes ahurissantes ». Selon lui, « les deux jeunes jouaient avec leur vie et celle des autres comme à une roulette russe ».

L’expert a rappelé qu’ils roulaient à vive allure (66km/h estimés) et avec un système de freinage hors d'état. Si les familles des victimes ne contestent pas ces fautes, elles estiment que celles commises par le prévenu ont été déterminantes dans le choc.

L'expertise a d’ailleurs montré qu’il roulait à 59 km/h juste avant l'accident et à 64 km/h au moment du choc. « À aucun moment Monsieur Viallet n'aura levé le pied », a fait savoir Emmanuel Tordjman, l’avocat des familles des victimes. « Les règles du code de la route s'imposaient à lui avec encore plus de force parce qu'il est un fonctionnaire de police », indique-t-il. Un policier qui pourrait bien s'en sortir, au grand dam des familles des victimes qui attendaient beaucoup du procès.

Le non-lieu avait été prononcé en 2009 mais la parole des policiers ayant été mis en doute, la cour d'appel de Versailles avait renvoyé l'accusé en correctionnelle en septembre 2011.

Lire aussi :
Villiers-le-Bel : un policier jugé pour la mort de deux ados
Mort de Zyed et Bouna : le non-lieu pour les policiers requis
Villiers-le-Bel : la parole des deux policiers mise en doute
A Villiers-le-Bel, la mort de deux adolescents entraine des échauffourées