Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Une question sur la guerre de Gaza dans un examen de médecine énerve le CRIF

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 14 Juin 2012



« Vous êtes à l’hôpital de Rafah, situé dans la bande de Gaza lors de la guerre de l’hiver 2008-2009. Des ambulances vous amènent 22 corps portant tous le nom d’Al-Daya. Les ambulanciers et les membres survivants de la famille vous déclarent qu’il s’agissait d’un bombardement classique. La mort de chacun d’entre eux a été constatée. Quelle est ou quelles sont les qualifications des crimes perpétrés (crime de guerre, crime contre l’humanité, crime de génocide) ? Argumentez votre position en vous basant sur les définitive des différents crimes. »

Cette question de médecine humanitaire, posée mardi 12 juin par le professeur Christophe Oberlin aux étudiants de la Faculté de Médecine de l'hôpital Bichat, à Paris lors d’un examen, ne manque pas de courage mais déclenche la polémique.

Dans un communiqué, le président de l'Université Paris Diderot, Vincent Berger, a annoncé « l'ouverture d'une enquête administrative qui sera instruite strictement dans le cadre des instances académiques de l'université ». Il a fait part de « sa consternation à la lecture (de cette) question posée dans le cadre d'un examen optionnel de médecine ». « Elle comporte un caractère polémique regrettable qui contrevient à l'esprit de neutralité et de laïcité de l'enseignement supérieur », a-t-il ajouté.

Sans surprise, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier, s'indigne de cette question d'examen qu'elle juge « scandaleuse » et qui inciterait à « la haine d'Israël ». « Elle n'a de lien ni avec l'enseignement de la médecine ni avec l'université, dont le professeur Oberlin viole la neutralité », selon lui, qui exige l'interdiction d'enseigner au professeur. « Nous rappelons à M. Oberlin qu'il n'a pas le droit d'utiliser l'Université pour déverser ses haines sélectives », ajoute M. Prasquier.

De son côté, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a jugé que le professeur avait « contraint les étudiants à adopter ses positions haineuses » en leur posant cette question et avait « abusé de sa position d'autorité, d'autant plus qu'il fait partie du jury d'examens, empêchant ainsi les étudiants de manifester publiquement leur désaccord devant ces déclarations mensongères et idéologiques », dénonce-t-elle dans un communiqué.

Rappelons que l'offensive israélienne Plomb Durci, déclenchée en décembre 2008-janvier 2009, a provoqué la mort de 1 400 Palestiniens, en grande majorité des civils lors de bombardements. Israël avait été accusé de crimes de guerre, voire de crimes contre l'humanité.

Lire aussi :
La FIFA s’inquiète du sort de Mahmoud Sarsak, Eric Cantona se mobilise pour sa libération
Le cas de Mahmoud Sarsak, un footballeur palestinien en grève de la faim, alerte
Critiquer Israël dans les facultés françaises, un impossible débat ?
Stéphane Hessel : « Israël doit changer d'attitude envers les Palestiniens »