Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un rapport préconise le retour du voile à l’école

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 13 Décembre 2013



Refonder la politique d’intégration. C’est le souhait de Jean-Marc Ayrault. Dans cette optique, un rapport sur ce thème a été remis au Premier ministre, le mois dernier et rendu public vendredi 13 décembre. Pour établir ce rapport en juillet dernier, cinq groupes de travail thématiques (Faire société commune, Habitat, Protection sociale, Connaissance reconnaissance, Mobilités sociales) composés de différentes personnalités ont été lancés.

« Leurs préconisations serviront de base au travail que le gouvernement engage désormais, pour définir les grands axes de la nouvelle politique d’intégration de notre pays, qui sera annoncée d’ici la fin de l’année », indique Matignon. Parmi ces préconisations, bonne surprise, il est conseillé d’autoriser le port du voile à l’école et donc de revenir sur la loi du 15 mars 2004, qui interdit les signes religieux dans les écoles publiques.

C’est dans le volet « Mobilités sociales », que les auteurs, estimant qu’il faut « en finir avec les discriminations légales », appellent à « la suppression des dispositions légales et réglementaires scolaires discriminatoires, concernant notamment le ’voile ‘ » avec en ligne de mire la loi de 2004 et la circulaire Chatel de 2012, qui interdit les mamans voilées d’accompagner les élèves lors de sorties scolaires. En décembre 2012, le Comité des Droits de l'Homme de l’ONU avait déjà invité la France à réviser sa loi de 2004.

Par ailleurs, en tenant compte de la « dimension ‘arbo-orientale’ » de la France, les experts qui ont rédigé la partie « Connaissance reconnaissance » appelle à valoriser « l’enseignement de l’arabe » en introduisant son enseignement dans les établissements scolaires. Ils émettent également l’idée de « proposer l'enseignement dès le collège d'une langue africaine ». « Partant de ce constat que la société française est métisse et plurielle, il en découle qu’elle est également porteuse de diversité dans les compétences linguistique », est-il noté.

De manière générale, l’abandon du terme « intégration » est préconisé. Le « terme d’intégration lui-même est mis à mal et souvent réfuté par ceux qui y sont assignés, rendant caduque et inefficace toute action désignée par ce terme », estiment les auteurs du rapport.

La définition d’une intégration s'appuyant sur une laïcité extrême véhiculée pendant des années par le Haut Conseil à l’intégration (HCI), qui préconisait dernièrement l’interdiction du voile à l’université, s’éloigne avec ce rapport. Le Comité des Droits de l'Homme de l’ONU avait, dans une note rendue publique en décembre 2012, condamné la France pour l'exclusion d'un élève en raison de la loi de 2004, appelant à réviser sa législation. Sans succès à ce jour.

Les suites : L’idée d’un retour du voile à l’école « évidemment » rejetée

Lire aussi :
Signes religieux à l’école : la France rappelée à l'ordre par l'ONU
Signes religieux à l’école : une campagne d'opinion pour remuer la France ?
Nouveau désaveu pour la loi anti-voile