Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un rapport dénonce la stigmatisation des musulmans en France

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 8 Février 2013



Dans un rapport intitulé « La grande nation pour une société inclusive », commandé par Matignon, le conseiller d’Etat Thierry Tuot fustige la politique d’intégration mise en place par l’Etat depuis 30 ans.

Selon lui, le gouvernement aurait tout intérêt à mettre en place huit mesures symboliques pour changer la donne. Parmi elles, il propose d’aider « les anciens combattants immigrants à bénéficier des prestations qui leur ont été progressivement ouvertes, et organiser une commémoration solennelle de ceux d’entre eux qui sont morts pour la France ».

Il invite également l’Etat à « donner la nationalité sur simple déclaration aux étrangers ayant suivi une scolarité complète en France et aux ascendants de Français séjournant en France depuis vingt ans ou plus ».

Plus encore, le conseiller d’Etat estime que tout doit être fait pour faciliter l’implantation de carrés musulmans dans les cimetières. « La "question musulmane", pure invention de ceux qui la posent, ne cesse d’enfler et de soucier, de polluer le débat public, et de troubler jusqu’au délire les meilleurs esprits », juge-t-il.

« Pour l’essentiel, la revendication fondamentale des religions, islam compris, est qu’on leur fiche la paix », ajoute-t-il plus loin dans son rapport, qui comporte une partie sous-titrée « Laissons les musulmans prier ». Sur ce point, Thierry Tuot recommande de « permettre la création de nouveaux lieux de culte via le recours à des fondations ».

« La France a-t-elle jamais dépendu de ce qu'un bout de tissu - boubou, coiffe bretonne, chèche ou béret - soit porté d'une façon ou d'une autre ? », écrit-il aussi pour dénoncer les débats autour du voile.

« Laissons à l’islam (aux islams, nous n’avons pas à trier) toute sa place de grande religion, laissons son culte se déployer, respectons la pleine liberté de ses croyants », renchérit-il.

A l'heure où les musulmans subissent une forte stigmatisation, une telle opinion adressée de but en blanc au gouvernement est bonne à entendre tant elle se fait rare.

Pour lire la synthèse du rapport, cliquez ici plus bas