Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Tremblay : viré à cause de sa barbe par la mairie ?

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 7 Septembre 2011 à 11:15

           


Suspendu et probablement bientôt viré à cause de sa barbe. C’est qui attend Kamel Bendjebbour, un employé de la mairie de Tremblay-en-France pour ne pas avoir taillé sa barbe, jugée trop longue par le maire.

Engagé auprès de la mairie depuis la fin des années 1990, Kamel a été suspendu de ses fonctions en juin dernier et va être convoqué en conseil de discipline fin septembre en vue de sa révocation, rapporte RTL.

Motif invoqué : « manquement aux obligations de réserve et de neutralité à travers le port d'un signe distinctif ». Le maire récuse les accusations de discriminations et invoque les retards répétés au bureau de son employé et son manque de conscience professionnelle pour justifier le conseil disciplinaire. Pourtant, c’est bien la barbe qui est soudainement devenu un problème à ses yeux et qui l'a poussé à suspendre l'homme.

« Votre barbe est taillée de telle sorte qu'elle n'apparaît pas comme une barbe normale...votre aspect physique fait que vous n'êtes pas dans la neutralité », avait expliqué en mai l'adjoint au maire chargé du personnel à M. Bendjebbour.

« Très franchement, je suis convaincu que si je m’étais appelé Nicolas Dupont et que j’étais blond aux yeux bleus, on ne m’aurait pas reproché (d’avoir une barbe, ndlr). C’est encore beaucoup plus frustrant et humiliant, ma barbe fait partie de moi. En l’enlevant, je cautionnerais une certaine forme de discrimination. (…) Le Père Noël peut (le garder, ndlr) et Kamel ne peut pas », déclare M. Bendjebbour, choqué par la demande.

« Il faudrait qu’il nous indique si l’interdiction du port la barbe s’applique à tous les fonctionnaires ou si elle était applicable qu’aux fonctionnaire d’origine maghrébine. C’est bien là le cœur du problème. (…) On replonge dans de vieux fantasmes », indique l’avocat de Kamel.

Lire aussi :
Week-end d’affluence à la mosquée de Tremblay-en-France