Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Syrie : plus de 73 000 morts en 2013

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 2 Janvier 2014



L’année écoulée fut particulièrement meurtrière en Syrie, d’après les chiffres de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) dévoilés mercredi 1er janvier 2014. 2013 a été « l’année la plus sanglante depuis le début de la révolution » en mars 2011, avec « 73 455 morts» dont plus de 22 000 civils, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L’ONG a accusé « la communauté internationale d’être complice » de ce « bain de sang ». « Elle s'est concentrée dans les derniers mois sur la question de désarmement chimique après le massacre aux gaz toxiques du 21 août près de Damas », estime l’OSDH, qui fustige la communauté internationale d’avoir « ignoré les dizaines de massacres dans lesquels des milliers de Syriens ont péri, dont de nombreux enfants et femmes ». La veille, l’Observatoire avait annoncé un bilan global de plus de 130 000 morts depuis le début des violences, dont 7 000 enfants.

Depuis plus de deux ans, les Syriens n’ont aucun répit. La guerre se poursuit inlassablement. Et la première journée de 2014 a été marquée par la mort de cinq personnes dans la banlieue d’Alep, dans le nord du pays, après une offensive aérienne du régime de Bachar al-Assad.

Pour trouver une issue au conflit, une conférence de paix est prévue le 22 janvier en Suisse. Baptisée Genève 2, la réunion, qui se tiendra à Montreux, sera présidée par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon et réunira les représentants de 26 Etats.

Lire aussi :
Syrie : Bachar al-Assad « prêt » pour les présidentielles en 2014
Syrie : plus de 2 000 morts depuis le début du Ramadan
La France certaine de l’usage du gaz sarin en Syrie
2012, année noire pour la Syrie, plus de 45 000 morts

Et aussi :
Enjeux décisifs en Syrie
La Syrie, enjeu d'une guerre froide sans merci entre Arabie Saoudite et Iran
Syrie : les « enjeux géostratégiques », seuls intérêts des puissances occidentales