Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Psycho

Smina : « Si tu as des enfants, tu dois rester et subir. Dois-je vraiment subir ? »

Rédigé par Lalla Chams En Nour | Mardi 1 Février 2022 à 17:00

           


© Flickr/Jose Navarro
© Flickr/Jose Navarro
Je viens vers vous car j'ai besoin d'un avis autre que celui de la famille qui consiste à dire « Tu as des enfants, alors tu dois rester et subir ».

Voilà ma situation. Je suis mariée depuis 12 ans. Le mari, choisi par moi-même mais pas sur un coup de foudre, remplissait toutes les cases pour ma famille. Lui aussi par ailleurs, proche de la quarantaine, avait la pression. On s’est rencontrés et nous nous sommes mariés dans l’année, sans avoir le temps et surtout la possibilité de faire connaissance.

Le début n’était pas très épanouissant et, à vrai dire, c’était très ennuyeux. Nous ne faisions rien ensemble, on ne sortait que très rarement ensemble, puis plus rien. Lorsque le week-end arrive, chacun s’occupe ou s’ennuie de son côté. Lorsqu’il sort, il ne me propose jamais de l’accompagner et ne me dit jamais où il va. Les cadeaux en 12 ans de mariage se comptent sur les doigts d’une seule main. J’offrais et pensais à lui à chaque fois alors que lui, rien. Il prend des décisions et ne me concerte jamais. Il ne s’intéresse qu’à lui, n’a aucune conversation... Lorsque je parle de mon travail ou des difficultés rencontrées, il ne m’écoute pas, j’ai donc arrêté. Je ne peux jamais me confier à lui. Notre vie se résume à s’occuper des enfants et de la maison, jamais de nous.

J’ai essayé plusieurs fois de proposer et de faire des activités mais il refuse, même de marcher dans la forêt. J’ai fait des dépressions silencieuses à plusieurs reprises. Il voit que je suis malheureuse et j’ai fini par le lui dire mais rien. A plusieurs reprises, j’ai voulu me séparer, mais le poids de la famille revient. Il fait un effort pour un jour puis reprend ses habitudes. C’est continuellement comme ça.

La sexualité était moyenne au début de la relation ; aujourd'hui, elle est douloureuse pour moi. Je n’éprouve plus aucun sentiment, je suis mariée et je n’ai jamais été épanouie. Je me rends compte que je souffrais au quotidien et que je souffre de plus en plus. Je montrais l’image de fille et d’épouse parfaite aux yeux de la famille et de la belle-famille alors qu’à l’intérieur, je souffre de l’ignorance de mon mari.

Aujourd'hui, j’ai appris à l’ignorer. Il a compris que je pouvais lui échapper et donc bouleverser l’équilibre et le quotidien. Je m’occupe de tout, de l’administration, des devoirs, etc. Tout en ayant une activité professionnelle à l’extérieur. Il comprend que là, c’est fini mais il ne veut pas divorcer, il évite cette conversation.

J’ai rencontré un homme complètement à l’opposé de mon mari. Il est à l’écoute et s’intéresse à moi. C’est la première fois pour moi qu’un homme qui me correspond se présente mais je n’arrive pas à faire quoi que ce soit. Je n’arrive plus à avancer, moi qui allais me séparer de mon mari bien avant que je fasse connaissance avec cet homme. Bien que nous vivions en collocation, j’ai peur de partir, je pense aux enfants, à la famille...

Je vis dans le silence de la tristesse. Entre un mari qui n’a pas su me rendre heureuse et qui dit m’aimer sans me le montrer, et cet autre homme qui montre qu’il m’aime et qui souhaite me rendre heureuse. Je ne sais pas ce que c’est d’être aimée par un homme. Rester ou partir quand il n’y a plus de sentiments. Merci de m’avoir lue.

Lalla Chams En Nour, psychanalyste

Chère Smina,

Voilà un parcours bien fréquent : se marier en vitesse et découvrir après coup que le couple est incompatible. Si l’on y regarde de plus près, vous le dites vous-même, le problème, c’est la famille : parents, tantes, oncles, cousins, voisins et j’en passe. Vous êtes confrontée à ce pire ennemi de l’individu : le point de vue des autres.

C’est vrai, c’est très dur de pouvoir affirmer son individualité, sa liberté de choix, quand l’opinion des autres impose une normalité complètement dépassée aujourd’hui dans ce côté du monde.

Je suis désolée pour vous, mais aussi tout autant pour ce mari qui se montre incapable de s’engager dans l’aventure du couple. Il se cache, se protège, refuse tout engagement, du moment qu’aux yeux de tous, le voilà marié. Il n’a rien compris à ses responsabilités. Dommage pour lui, car il est en survie, il subit son sort, le malheur et la solitude et la fait subir autour de lui.

On a souvent la vie que l’on s’invente. Si vous êtes malheureuse, c’est aussi parce que vous le voulez bien. Pardonnez ma franchise. Vous, vous avez le choix, la vie bat en vous, vous cherchez l’amour, et c’est normal ! A vous de voir où votre chemin peut vous mener.


La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com