Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Robert Menard candidat à Béziers, Bloc identitaire en soutien

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 24 Octobre 2013



Le Front national appuie la candidature de Robert Ménard aux municipales de 2014 à Béziers (Hérault) dont il est originaire. « Marine Le Pen m’a proposé de conduire une liste de rassemblement Bleu marine. Mais j’ai refusé. Elle me rejoint donc sur mon programme, mon projet sur la ville. Ce qui l’a convaincu ? C’est que j’ai toujours respecté le Front national, comme les autres partis, par le passé », a-t-il fait savoir dans un entretien à Midi Libre.

Le fondateur et ancien directeur de Reporters sans frontières, qui militait à gauche - et même dans le camp anarchiste dans les premières heures - dans sa jeunesse, ne cache plus son appartenance à l'extrême droite puisqu’il compte dans son équipe de campagne deux membres du mouvement radical d’extrême droite Bloc identitaire.

Sa priorité pour Béziers, sinistrée par le chômage : la sécurité. Pour ce faire, il annonce son intention de doubler des effectifs de la police municipale, qui « sera armée » dans une ville qu’il avait estimé « occupée par les pauvres, les Maghrébins et les gitans ». « Il y a tout un tas de Biterrois qui ne se sentent plus chez eux. Je vais arrêter de construire des logements sociaux dans certains quartiers et j’appliquerai les lois. (…) J’interdirai par exemple les paraboles sur les façades », déclare Robert Ménard.

Son discours a pris avec le temps une couleur et une odeur xénophobes bien prononcés désormais dans son programme pour Béziers. Robert Ménard est devenu sans conteste pour l'extrême droite un de ses ambassadeurs médiatiques dont elle est fière de voir dans son sillage. Reste à savoir si les Bitterois y seront sensibles en 2014.

Lire aussi :
Immigration : Léonarda, une aubaine pour la droite face à une gauche désemparée
Azouz Begag, victime de l’islamophobie médiatique ?
Bloc Identitaire fête ses 10 ans sans être inquiété
Les musulmans prêts pour le 28e Salon du Bourget
Y’a Bon Awards : et les gagnants du pire du racisme sont…