Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Rachida Dati renonce à Paris et attaque une BD

Rédigé par La Rédaction | Mardi 23 Avril 2013



« Je retire ma candidature » à la mairie de Paris, annonce Rachida Dati au Point dans une interview à paraître jeudi 25 avril dans l’hebdomadaire. « Que l'UMP désigne Nathalie Kosciusko-Morizet et commençons la campagne municipale maintenant. Elle a déjà été choisie par les médias et le système, la réalité est celle-là, même si je le regrette pour les autres candidats », explique l’ancienne Garde des Sceaux, qui se montre également critique vis-à-vis des modalités des primaires de son camp.

« Je suis contre l'idée de faire payer aux Parisiens le sacre de notre candidat », les militants UMP devant régler la somme de 3 € pour participer aux primaires, dit-elle, en comparant ce système à un « vote censitaire ».

Pour autant, l’actuelle maire du 7e arrondissement de Paris et députée européenne apporte son soutien à NKM, qui devrait logiquement remporter les primaires UMP, où quatre autres candidats sont encore dans la course. « Je participerai ardemment à la campagne municipale. Ma crédibilité et ma notoriété seront au service de mon camp », assure Rachida Dati.

L’annonce de sa renonciation à la mairie de Paris intervient alors qu’elle a rendez-vous avec la justice, mardi 23 avril, pour demander l'interdiction de la publication de « Rachida, aux noms des pères », une bande dessinée sur elle et sa fille Zohra, qui devrait sortir jeudi.

Rachida Dati renonce à Paris et attaque une BD
Cette BD, écrite par Bernard Swysen et le journaliste Yves Derai, déjà auteur d'une biographie de Rachida Dati, revient sur le parcours de cette « icône de la diversité qui rêve de sommets » et qui est « prête à tout pour les atteindre », indique la quatrième de couverture.

Son scénario se concentre principalement sur la recherche de l’identité du père de Zohra, âgée aujourd'hui de 4 ans. Un sujet qui fait bondir Rachida Dati. « Ce thème touche à une des parties les plus intimes de la vie privée de Madame Dati comme de celle de sa fille », dénoncent ses avocats dans l'assignation. Il s'agit selon eux d'une « atteinte grave » que « l'humour ou la caricature ne suffisent pas à excuser ».

La femme politique réclame 100 000 euros de dommages et intérêts au total pour elle et sa fille. « A défaut d'interdiction », elle demande la publication d'un bandeau sur chaque exemplaire de la BD précisant que celle-ci est attentatoire à sa vie privée et celle de sa fille.

Lire aussi :
Racisme : Goasguen insulte Dati et ses « mœurs du 9-3 » (vidéo)
La justice ordonne un test paternité pour la fille de Rachida Dati
Au Maroc, Rachida Dati menacée de prison pour avoir eu un enfant illégitime
Législatives à Paris : Rachida Dati cède face à François Fillon




Loading