Connectez-vous S'inscrire






Société

Racisme : Goasguen insulte Dati et ses « mœurs du 9-3 » (vidéo)

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 20 Février 2013

Chronique d'un racisme ordinaire à l'UMP.



Racisme : Goasguen insulte Dati et ses « mœurs du 9-3 » (vidéo)
La course à la mairie de Paris au sein de l’UMP fait rage. Entre Rachida Dati et Claude Goasguen, le torchon brûle. La maire du 7e arrondissement de Paris, aussi députée européenne à ses heures perdues, a affirmé, mercredi 20 février, avoir été insultée par le député de Paris lors d’un déjeuner récent avec des élus parisiens.

« Ne ramène pas dans la capitale tes mœurs du 9-3 », a dit Claude Goasguen, qui soutient ouvertement la candidature de Nathalie Kosciusko-Morizet à la primaire de l’UMP pour les élections municipales à Paris en 2014 face à Rachida Dati. Celle-ci n'a pourtant jamais grandi et vécu dans ce département de la couronne parisienne. Sa particularité : il compte le plus grand nombre d'immigrés et de leurs descendants - dont des Dati en apparence - en France.

« Tu te prends pour quoi pour me parler sur ce ton ? Tu t'y crois autorisé parce que j'ai refusé de coucher avec toi ? », lui a alors répondu sèchement la maire, qui n'a pas démenti les propos rapportés du Canard enchaîné.

Face à la médiatisation de ses propos détestables, Claude Goasguen, également président du groupe parlementaire d'amitié France-Israël, a décidé, mercredi 20 février, de présenter ses « excuses à la Seine-Saint-Denis ». « Elle m'a insulté, je lui ai répondu on n'est pas en Seine-Saint-Denis ici. Je présente mes excuses à la Seine-Saint-Denis », a-t-il déclaré, en marge d'un colloque de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy.

« Je n'aurais pas dû parler de la Seine-Saint-Denis, qui est un beau département, je le regrette », a-t-il ajouté. Premiers insultés, les habitants du 9-3, si mal perçus, n’excuseront pas le député. Rachida Dati, non plus, d'autant que M. Goasguen ne lui a pas présenté de regrets. Pour le moment, elle n'a pas exprimé son intention de porter plainte même si « il y a matière ».

Dati renvoyée à ses origines

Cette polémique relève à nouveau la prégnance d'un racisme ordinaire au sein même de l’UMP. Selon Rachida Dati, des membres de son parti comme Brice Hortefeux et le député Bernard Debré ne soutiendraient pas sa candidature en raison - en partie - de ses origines. « Souvenez-vous pourquoi Brice Hortefeux a été débarqué du gouvernement par Nicolas Sarkozy. Parce qu'il a été un très mauvais ministre de l'Intérieur et qu'il a opposé les Français les uns aux autres », a-t-elle lancé à Jean-Jacques Bourdin.

Rappelons que l'ex-ministre est resté deux ans, jusqu'en 2011, à place Beauvau malgré ses propos en 2009 sur les Arabes, avant d'être remplacé par... Claude Guéant. Rachida Dati avait alors défendu M. Hortefeux, évoquant « une maladresse » d'un homme « courageux ».

Quant à Bernard Debré, « il m'insulte du matin au soir. Chez lui, c'est plutôt un problème de condition sociale », a signifié Rachida Dati, qui se dit victime de pressions. Ce qui la différencie de NKM ? « Certains ont dit origine sociale, bonne ascendance, grande famille... », indique encore l'ancienne garde des Sceaux. Malgré son parcours et le mal qu’elle se donne pour s'enraciner dans l’UMP après avoir été un temps sa caution « diversité » sous l'ère Sarkozy, elle reste assignée à son origine maghrébine dont elle n'a eu de cesse de vouloir s'en détacher.

Lire aussi :
Racisme : relaxe définitive de Brice Hortefeux
La justice ordonne un test paternité pour la fille de Rachida Dati
Au Maroc, Rachida Dati menacée de prison pour avoir eu un enfant illégitime





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu