Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Quelle attitude adopter face à l’islamophobie régnante ?

Rédigé par Sema Gül | Jeudi 10 Octobre 2013



Quelle attitude adopter face à l’islamophobie régnante ?
Le traitement médiatique biaisé de l’islam, le climat volontairement délétère ainsi que l’islamophobie de certains journalistes et politiques montrent la méconnaissance profonde de l’islam en Occident.

L’islamophobie se définit comme « une forme particulière de racisme et de peurs non fondées dirigées contre l’islam et les musulmans, lesquels se manifestent par des actes de malveillance et de discrimination contre eux ».

Mais quelles sont ces peurs et pourquoi sont-elles infondées ? Lorsqu’on les analyse, trois points sont mis systématiquement en lumière :
1. L’islam est une religion violente et responsable d’actes de terreur ;
2. L’islam est une religion liberticide qui s’impose par la contrainte ;
3. L’islam n’a aucune compassion ni humanité envers les non-musulmans.

Bien évidemment, toutes ces accusations sont fausses et il sera très facile de démontrer le contraire à partir de quelques versets coraniques et attitudes du Prophète de l’islam.

L’islam s’oppose à tout acte de violence et de terreur. La justice est son socle. Le bien ne se définit d’ailleurs comme tel que s’il se fait au détriment de personne.
« Et nous avons prescrit aux enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne innocente non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui sauve la vie, c’est comme s’il avait sauvé la vie à tous les hommes » [Coran, s. 5, v. 32].

Pour résumer, vous pouvez avoir l’objectif le plus noble du monde, si cela implique la mort d’un seul innocent (croyant ou pas), votre action devient alors absolument illicite car la mort d’un seul innocent revient au massacre de l’humanité tout entière en islam !
« Il n’y a de recours que contre ceux qui lèsent les gens et commettent des abus contrairement au droit sur la terre (meurtres, brigandages, violences, etc.) : ceux-là auront un châtiment douloureux » [Coran, s. 42, v. 42].
« Et ne répands pas le désordre sur Terre. Allah, vraiment, n’aime pas les fauteurs de désordre » [Coran, s. 28, v. 77].

L’islam interdit la moindre contrainte ou pression sur les gens.
« Nulle contrainte en religion ! » [Coran, s. 2, v. 256]
« La vérité émane de ton Seigneur. Quiconque le veut, qu’il croit, et quiconque le veut, qu’il mécroit » [Coran, s. 18, v. 29]
« Tu n’as pas pour mission d’exercer sur eux une contrainte. Rappelle donc par le Coran celui qui craint Ma menace » [Coran, s. 50, v. 45]

Une foi sincère n’est possible en islam qu’avec une volonté et une conscience totalement libres. Les actes d’adoration doivent être faits à la suite de notre propre décision et non sous une pression quelconque. Car un système qui contraindrait les gens à la croyance ou aux rites d’adoration pourrait les rendre hypocrites, ce qui est encore plus détestable aux yeux de Dieu.

L’islam ordonne à ses adeptes de se comporter en permanence avec justice. Faire preuve d’indulgence, de tolérance et d’humanité envers les autres, croyants ou pas, est un impératif absolu en islam.
« Que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Soyez justes : cela est plus proche de la piété » [Coran, s. 5, v. 8]
« Ceux qui dépensent dans l’aisance et la difficulté, qui refoulent leur colère et qui pardonnent à autrui. Et Allah aime les gens de bien » [Coran, s. 3, v. 134]
« (Ils) offrent la nourriture, malgré son amour, au pauvre, à l'orphelin et au prisonnier » [Coran, s. 76, v. 8]
« Et sois bienfaisant comme Allah a été bienfaisant envers toi » [Coran, s. 28, v. 77]

Il existe des centaines d’exemples illustrant la tolérance et l’humanisme du Prophète de l’islam. À son époque, des garanties furent données aux chrétiens, aux juifs et aux polythéistes afin qu’ils puissent vivre pleinement leurs croyances. Plusieurs récits rapportent ainsi que le Prophète de l’islam répondait aux invitations des gens du Livre, participait à leurs repas de mariage, rendait visite à leurs malades, se levait lors du passage de leurs convois funéraires et leur faisaient bon accueil.

Voici à titre d’illustration l’accord dicté par le Prophète au chrétien Ibn Harris ibn Ka’b et à ses coreligionnaires : « La religion de tous les chrétiens qui vivent en Orient et en Occident, leurs églises, leurs vies, leurs honneurs et leurs biens sont sous la protection d’Allah, de son Prophète et de tous les croyants. Personne, parmi eux, ne sera contraint. Si l’un d’entre eux est exposé à un crime ou à une injustice quelconque, les musulmans auront l’obligation de l’aider. »

Ainsi, à la lumière de ces faits, une grande responsabilité incombe aux musulmans : celle de mettre en pratique la véritable moralité de l’islam. Un esprit bigot, une approche fermée sur le monde extérieur et refusant tout type de rapports sociaux avec les non-musulmans accentuera l’image erronée de l’islam. Une approche amicale, bienfaisante, tolérante et respectueuse permettra une meilleure prise de conscience et contribuera à changer les mentalités.

Faire que l’islam soit dorénavant identifié aux mots « paix » et « amour » ne dépend que de nous. Il suffit pour cela que nous sortions de notre coquille dans laquelle nous nous cachons et que nous passions outre les préjugés.


Sema Gül, journaliste politique turque, est impliquée dans le dialogue interreligieux sur le thème « Islam, christianisme, judaïsme, religions de paix et de liberté pour tous ».