Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Primaire LR : Valérie Pécresse désignée pour la présidentielle, Éric Ciotti renforcé

Rédigé par Lina Farelli | Samedi 4 Décembre 2021 à 14:30

           


A l'issue du second tour de la primaire des Républicains (LR), Valérie Pécresse a été choisie, samedi 4 décembre, pour être la candidate de la droite à l'élection présidentielle.

Quelque 140 000 militants du parti ont été appelés à voter et ont élu à la majorité la présidente de la région Île-de-France pour tenter de briguer l'Elysée en 2022. Elle a obtenu 61 % des suffrages, contre 39 % pour Éric Ciotti, a annoncé le patron de LR Christian Jacob, qui a salué la formation d'« une équipe de France prête à gouverner » le pays.

Grâce aux soutiens de ses ex-adversaires à la primaire, Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin, Valérie Pécresse faisait figure de grande favorite face au député des Alpes-Maritimes, arrivé en tête des votes au premier tour de la primaire. Celui dont les idées sont très proches de celles portées par le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, qui porte une ligne radicale depuis des années au sein de LR sur les sujets liés à l'identité, l'immigration ou encore la sécurité, a apporté son soutien à son ex-rivale mais sort bel et bien renforcé de cette primaire à laquelle ses chances de faire partie des finalistes semblaient minces au départ. Lui qui entend peser dans la campagne des LR incarne une dynamique de droitisation plus marquée des militants du parti que Valérie Pécresse espère récupérer à son profit pour les prochains mois qui la sépare des élections.

La présidente d'Île-de-France a désormais « l'immense responsabilité d'amener notre famille politique vers la victoire », a signifié Éric Ciotti à l'issue de l'annonce des résultats. « La droite républicaine est de retour », a lancé, pour sa part, Valérie Pécresse. Mais elle va notamment devoir faire face à Emmanuel Macron qui compte aussi de nombreux soutiens à droite.

Lire aussi :
Pourquoi une inéligibilité d’Eric Zemmour ne ferait pas les affaires du gouvernement et de Macron
Zemmour partout, bon sens nulle part ? Le danger d’un candidat semeur de haine