Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Présidentielle : le CFCM dénonce « l’extrémisme identitaire qui nourrit la haine contre les musulmans de France »

Rédigé par Lionel Lemonier | Jeudi 13 Janvier 2022 à 16:33

           


Présidentielle : le CFCM dénonce « l’extrémisme identitaire qui nourrit la haine contre les musulmans de France »
Mohammed Moussaoui appelle les candidats à l’élection présidentielle à éviter « des amalgames préjudiciables à notre unité et à notre cohésion nationale ».

Dans une tribune publiée dans Le Monde jeudi 13 janvier, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), également président de l'Union des mosquées de France (UMF), a réagi aux trop nombreux débats électoraux de ce début de campagne « centrés sur notre religion (l'islam), comme si celle-ci était la source de toutes nos difficultés et de tous nos maux ». Il fait le constat que, « sous couvert de la lutte contre l’extrémisme se réclamant de l’islam, le discours de certains est devenu presque un appel à se débarrasser des musulmans de France ».

Il dénonce « un racisme latent qui se veut imperceptible, caché sous les dehors acceptables de la liberté d’expression, (qui) se manifeste de plus en plus ouvertement » Cette dérive est non seulement injuste, mais également dangereuse, explique-t-il, puisqu'elle va à l’encontre d’une gestion républicaine des crises multiples que traverse la société française.

Lorsque tous les musulmans, « même ceux qui ne revendiquent pas leur différence culturelle ou cultuelle », sont renvoyés sans cesse à une identité, certains sont tentés de renverser la logique de stigmatisation : « "Ce qu’on me reproche, j’en fais une fierté." Cela pourrait donner lieu à une expression en apparence religieuse mais foncièrement identitaire en essence. »

« L’histoire nous apprend qu’à chaque fois que se sont trouvées réunies la perception – juste ou injuste – des inégalités d’ordre économique, social, ethnique ou religieux et la perception – juste ou injuste – d’un défaut de représentativité dans le débat politique et démocratique, cela a ouvert grand la porte au populisme et à l’extrémisme », poursuit-il.

Si les candidates et candidats à la présidence de la République doivent se préoccuper de l'extrémisme se réclamant de l’islam, ils doivent « se préoccuper également de l’extrémisme identitaire qui nourrit une forme de haine contre les musulmans de France. Ils doivent aussi se pencher sur tous les autres sujets de préoccupation de nos concitoyens : le pouvoir d’achat, l’éducation, l’emploi, la santé… ». Ils doivent enfin proposer des « solutions conformes au bien commun ». Et de conclure sur l’espoir que l’année 2022 apporte « sérénité et inspiration » à l’ensemble des candidats à la magistrature suprême.

Lire aussi :
L'appel à une rencontre entre les huit fédérations du CFCM resté lettre morte




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Rond LEDARON le 14/01/2022 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'identité est la bouée de sauvetage à la quelle se raccroche nos peureux ,faibles d'esprit,car comment comprendre la psychose de perdre son identité ,sinon que par un manque chronique de confiance en soi ? Comment imaginer se perdre dans l'altérité ,sinon que par une immaturité psychologique.
Prenons l'exemple d'un homme ou d'une femme qui travaille qu'avec des collègues du sexe opposé et qui a peur d'en perdre son identité ,le postulat ne peut être que risible.
Voilà ou nous en sommes dans une France inventeur de la rationalité ,il parait.
Se rattacher à l'ADN pour se sentir survivre est le dernier sursaut d'un cerveau reptilien qui prend les commande d'un corps social apathique.
L'appréhender au second degré ne peut être qu'hilarant.
"Là ou il y'a des gènes ,il n'y a pas de plaisir"

2.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 14/01/2022 22:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette critique de la pathologique perte d'identité est bien émouvante, et semble s'adresser avec véhémence, voire agressivité, aux peuples installés à demeure dans un nouvel environnement, et qui pourtant se raccrochent avec énergie à leur religion qu'ils veulent pratiquer avec visibilité, leurs modes de vie anciens qu'ils refusent d'abandonner, leur double nationalité qui semble leur être importante, leurs prénoms témoins de leur rattachement à leurs ancêtres etc etc.

Comme ils sont rabougris et traditionalistes, ces gens terrorisées de ne pas logiquement assumer leur déracinement et qui pour d'obscures raisons psychologiques (la peur de perdre son identité, sans doute) se refusent à réaliser que leur avenir en occident est de devenir occidentaux.

3.Posté par Rond LEDARON le 15/01/2022 03:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Piqué au vif notre ami François se sent il concerné par cette analyse très sommaire ? Projette t'il son mal être identitaire ?
Etre majoritaire dans un pays et avoir peur de se perdre dénote tout de même une fragilité extrême qui prouve que la culture française n'est pas une culture Alpha,car se mettant à trembler de tout son être en présence de l'altérité.
Dans les pays du Golfe ,ses habitants sont minoritaires au regard de la population.Nous ne les avons jamais entendu chouiner de perdre leur identité ,drôle non ? Sachant qui ils sont ,ce qu'est leur histoire,s'inscrivant dans leur culture,leur religion ,point n'est besoin pour eux de sonner le tocsin et de s'épancher sur un supposé malheur.
Il en va de même pour les autres peuples majoritaires d'Europe qui respectent d'autant mieux les minorités ,qu'ils sont en paix avec eux mêmes.
Va falloir se ressaisir !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.