Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Sur le vif

Passée dans le giron de la droite, Aubervilliers refuse de commémorer le massacre du 17 octobre 1961

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 16 Octobre 2020 à 12:45

           


Passée dans le giron de la droite, Aubervilliers refuse de commémorer le massacre du 17 octobre 1961
La nouvelle municipalité d’Aubervilliers, qui a basculé à droite aux dernières élections municipales en juin, a choisi cette année de ne pas commémorer le massacre du 17 octobre 1961 survenue en France en pleine guerre d’Algérie.

Alors que la commune d’Aubervilliers commémore cette date depuis 2001, la maire Karine Franclet (UDI) s’y est refusée en déclarant qu’elle se tiendra tout au long de son mandat au strict calendrier des commémorations officielles, notamment la célébration de la fin de la guerre d’Algérie actée le 19 mars 1962, rapporte L’Humanité.

« A Aubervilliers, cet événement a été traumatisant. Beaucoup d’habitant.e.s de notre ville, ont manifesté, fui, sauvé, aidé ou ont été tué dans l’horreur d’un moment terrible de notre histoire », se sont insurgés les partis de gauche dans un communiqué commun en date du 14 octobre.

« Depuis 2001, sous la passerelle de la Fraternité, une plaque est incrustée pour toujours pour se souvenir du drame du 17 octobre 1961. Pour bon nombre d’Albertvillarien.ne.s dont les grands parents, les parents, des frères ou des sœurs ont été témoins de ce terrible jour, cette date est hautement symbolique, pour le strict souci de justice, de reconnaissance et de partage de la douleur des proches des victimes », ont-ils souligné, rappelant au passage que cette tragédie a été reconnue par l’Etat du temps de François Hollande.

« Aujourd’hui, encore plus qu’hier, nous ne devons pas oublier », ont conclu les signataires,* qui entendent bien commémorer cette date ce samedi 17 octobre 2020 sous la passerelle de la Fraternité avec les associations et les habitants d’Aubervilliers « qui veulent faire vivre la mémoire ».

*Les signataires sont Europe Ecologie les Verts, Ensemble !, France Insoumise, Gauche communiste, Gauche Démocratique et sociale, Génération’s, Gauche Républicaine et socialiste, Parti Communiste Français, Parti Socialiste.

Lire aussi :
17 octobre 1961, mémoire d'un massacre des Algériens à Paris (vidéo)
Massacre du 17 octobre 1961 : avec Hollande, la reconnaissance officielle de l’Etat
17 octobre 1961 : littérature, musique, arts de la scène, un enjeu mémoriel