Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Pakistan : violente attaque d'une école, plus de 130 morts

Rédigé par La Rédaction | Mardi 16 Décembre 2014



Au Pakistan, au moins 130 personnes ont été tuées, mardi 16 décembre, dans l’attaque d’une école à Peshawar par un commando taliban. La majorité des victimes sont des écoliers, âgés de 10 à 20 ans, pour la plupart tués d’une balle dans la tête. Alors que les combats se poursuivent toujours entre les assaillants et les militaires, l’attaque est déjà considérée comme l’une des plus sanglantes perpétrée par les talibans.

Vers 10h30 locales (6h30 en France), cinq ou six talibans déguisés en militaires se sont introduits dans une école gérée par l’armée pakistanaise, qui accueille les enfants des militaires. Le bâtiment est situé dans les faubourgs de Peshawar, la principale ville du nord-ouest du Pakistan, à la lisière des zones tribales. Au moment de l’attaque, près de 500 élèves étaient dans l’école.

Les militaires, très présents dans la ville régulièrement ciblée par les talibans, sont rapidement intervenus. Ils ont bouclé la zone et engagé les combats avec les talibans. L’armée aurait tué cinq terroristes, dont un d’eux portait une bombe.

L’attaque a rapidement été revendiquée par le principal groupe rebelle islamiste, le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), proche d’Al-Qaïda. Cette attaque a pour objectif de venger l’offensive militaire en cours contre le TTP, Zarb-e-Azb, ont indiqué des membres du mouvement. L’école a été ciblée parce que l’armée a attaqué les familles de membres du TTP. « Nous voulons qu'ils ressentent notre douleur », ont affirmé les talibans à Reuters.

D’après le porte-parole des talibans, Muhammad Khurasani, les assaillants avaient « ordre de tirer sur tous les étudiants adultes mais d'épargner les enfants, même si ce sont ceux du général Raheel Sharif ou Nawaz Sharif », qui sont respectivement le chef de l'armée et le Premier ministre. Néanmoins, c'est bien une école qui était visée et les chances pour que les enfants soient tués étaient très élevés.

Le Premier ministre a déclaré que le Pakistan allait « continuer (son) combat pour éradiquer définitivement les insurgés ». « Nous travaillerons main dans la main avec l'Afghanistan afin de mettre fin à ces rébellions. L'opération Zarb-E-Azb progesse avec succès et le pays devrait prier et soutenir l'opération », a poursuivi Nawaz Sharif, laissant entendre qu’il n’entendait pas plier face aux talibans.

Lire aussi :
Pakistan : 24 morts dans l’effondrement d’une mosquée
Inde et Pakistan : des centaines de morts dans des inondations
Pakistan/Secours Islamique France : « Que la situation politique prenne le dessus sur l'urgence humanitaire, c'est scandaleux »
Le Pakistan sous l’eau en deuil en plein Ramadan




Loading