Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Nemmouche, geôlier violent des ex-otages français en Syrie

Rédigé par La Rédaction | Lundi 8 Septembre 2014



Le cas Nemmouche fait de nouveau les gros titres après les révélations du Monde samedi 6 septembre. Tout part d’un article du quotidien national expliquant que Mehdi Nemmouche – actuellement incarcéré en Belgique pour une fusillade au musée juif de Bruxelles « aurait été l'un des geôliers des otages occidentaux détenus » en Syrie.

Une information confirmée par Nicolas Hénin, l’un des quatre journalistes français retenus en otage dix mois en Syrie. Dans un article publié dans Le Point, son employeur, il dit être sûr que Mehdi Nemmouche était l’un de leurs geôliers. Un geôlier qui n’hésitait pas à leur donner des coups. « Oui, Mehdi Nemmouche m'a maltraité moi-même », a ainsi déclaré Nicolas Hénin lors d’une conférence de presse. « Il a une personnalité qui est caractérisée par un très grand ego. Il n'était probablement pas parti en Syrie pour se battre pour un quelconque idéal, mais avant tout pour réaliser une sorte de cavalcade meurtrière dont il avait fomenté le dessein », a également raconté le journaliste.

Si le passé de Mehdi Nemmouche en Syrie avait été rapidement divulgué après son arrestation le 30 mai dernier, jusque-là l’information sur le fait qu’il avait participé au maintien en otages des journalistes français était bien gardée. L’article du Monde a poussé Nicolas Hénin à parler, explique-t-il. Mais son déballage n’a pas plu à un autre ex-otage, Didier François, journaliste à Europe 1. « C'est irresponsable. Je trouve que c'est dangereux de sortir cette information. Cela pose un véritable problème pour l'enquête en cours, pour les témoins et pour les otages restés là-bas », a-t-il expliqué.

Mais lundi 8 septembre sur Europe 1, lui qui aurait préféré ne pas voir divulguer cette information, a également délivré des informations permettant de mieux cerner la personnalité de Mehdi Nemmouche. Il aurait pris pour modèle Mohamed Merah et se « définissait comme un jeune criminel transformé en nettoyeur ethnique », raconte le journaliste.

Dans la foulée de ces nouvelles informations, Libération fait savoir que Mehdi Nemmouche projetait de commettre un attentat lors des cérémonies du 14 juillet 2014, d’après les procès-verbaux d’audition et les plaintes contre X des quatre ex-otages. Aussitôt, le parquet a démenti cette information, niant tout « projet d'attentat sur le territoire national, en particulier le jour du 14 juillet à Paris ».

Poursuivi en Belgique pour le meurtre de quatre personnes au musée juif de Bruxelles, le jeune homme de 29 ans pourrait par la suite être jugé en France pour des faits de séquestration.

Lire aussi :
Fusillade au Musée juif : la thèse d'un assassinat ciblé écartée ?
De l'ombre à la lumière, les ex-otages de Syrie de retour en France