Connectez-vous S'inscrire






Société

Fusillade au Musée juif : la thèse d'un assassinat ciblé écartée ?

Rédigé par Maria Magassa-Konaté et H. Ben Rhouma | Lundi 2 Juin 2014



Le nom de Mehdi Nemmouche tourne en boucle dans les médias. Il s’agit du suspect arrêté dans le cadre de l’affaire de la fusillade au Musée juif de Bruxelles. Cette tuerie survenue le 24 mai avait coûté la vie à quatre personnes.

Le Français de 29 ans a été interpellé, vendredi 30 mai, alors qu’il se trouvait dans un bus à Marseille. Les douaniers, qui procédaient au contrôle du véhicule venant d’Amsterdam via Bruxelles, ont trouvé dans ses affaires « une kalachnikov à crosse rétractable, un chargeur de 30 cartouches » ainsi qu’« un revolver 38 spécial et 57 munitions, 261 cartouches de calibre 7,62 mm pour la kalachnikov, une cagoule noire, une paire de gants noirs, un masque à gaz, une caméra GoPro, des cordons USB, un appareil photo Nikon », a fait savoir le procureur de Paris François Molins.

Or, ces armes correspondent à celles qui furent utilisées lors de la fusillade de Bruxelles, a-t-il relevé. « Nous avons un faisceau d’indices graves et concordants », a ainsi assuré François Molins, indiquant que les enquêteurs ont aussi trouvé un petit film dans son appareil photo où il « explique et regrette que sa caméra n’ait pas fonctionné ».

Il reste toutefois impossible de savoir ce qui se passe vraiment dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure, en région parisienne. Le suspect fait jusque-là valoir son droit au silence. Sa garde à vue pour « assassinats, port et détention d’armes de catégorie B en relation avec une entreprise terroriste » a été prolongée dimanche de 48 heures. Mehdi Nemmouche, « peu bavard en garde à vue, ne dit rien, sauf qu’il est SDF, vit d’expédients, de vols », précise le procureur.

Un Mohamed Merah bis repetita ?

Originaire de Roubaix, le jeune homme est inscrit, depuis le 26 mars dernier, au fichier des personnes recherchées (FPR) après avoir été signalé par l’Allemagne comme revenant de Syrie. Selon les autorités, Mehdi Nemmouche s’était rendu dans ce pays ravagé par la guerre civile dans l’optique de combattre aux côtés des forces ses présentant comme « jihadistes », le 31 décembre 2012, trois semaines après être sorti de prison. Un drap blanc aux couleurs de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), l’un de ces groupes combattant en Syrie, aurait été retrouvé sur lui vendredi.

Après son séjour en Syrie, Mehdi Nemmouche se serait ensuite rendu en Malaisie, puis à Singapour et à Bangkok, avant de revenir en Europe par Francfort, le 26 mars. Condamné à cinq reprises à des peines d’emprisonnement, le jeune délinquant se serait radicalisé en prison. Son parcours est déjà comparé à celui de Mohamed Merah, qui a fait les gros titres en 2012. A l'époque, l'affaire avait aussi soulevé une vague d'inquiétudes sur les phénomènes de radicalisation en prison, Mohamed Merah ayant aussi effectué plusieurs séjours en détention.

La thèse d'un assassinat ciblé écartée ?

Quelques jours plus tôt, les pistes étaient encore toutes ouvertes. La presse israélienne avait ainsi évoqué la thèse - très peu relayée - d'un assassinat ciblé du fait que le couple tué lors de la fusillade étaient liés aux services de renseignement israéliens, appuyant ainsi l'hypothèse d'une attaque sans caractère antisémite. Des experts jugeaient même que les meurtres étaient l’œuvre d'un professionnel.

Faut-il enterrer si vite cette hypothèse ? Pour l'heure, Mehdi Nemmouche est présenté comme le principal suspect d’un crime odieux visant expressément la communauté juive. « Il y a énormément d’indices concordant avec les faits mais nous sommes toujours dans le cadre de la présomption d’innocence », a déclaré Joëlle Milquet, la ministre belge de l'Intérieur. Une prudence dont les mass médias ne font pas preuve.

Le CFCM réagit

Son arrestation « révèle la gravité récurrente des actes terroristes djihadistes à caractère antisémite », a jugé, lundi 2 juin, Dalil Boubakeur dans un communiqué. « La répétition de ces actes inquiète les deux communautés, juives et musulmanes, l’une, victime directe de ces attentats, l’autre, témoin impuissante devant la recrudescence de jeunes djihadistes recrutés en prison et rapidement endoctrinés tant sur le web que par les réseaux terroristes », poursuit le recteur de la Grande Mosquée de Paris, également président du Conseil français du culte musulman (CFCM), regrettant que les musulmans de France soient pris en « otage » dans cette affaire.

L'arrestation de Mehdi Nemmouche, opérée peu de temps après le lancement d'un plan de lutte contre les filières jihadistes vers la Syrie, a été saluée par François Hollande. Le suspect pourrait être prochainement remis à la justice belge.

Les premières conclusions de l'enquête sont vivement attendues. Quelle qu'en soit l'issue, il ne faudra, ni aujourd'hui ni demain, mettre cette affaire sur le dos de l'islam, ni sur celui des musulmans et leur réclamer des comptes sur les dérives d'un homme.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu