Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Mais où va-t-on avec ça?

Rédigé par Tayeb Fatiha | Lundi 23 Février 2004

Nous sommes passés de l'époque des Lumières à l’ère du 'Prêt à penser'. Les gens réfléchissent de moins en moins d'eux mêmes…Ils laissent la télévision penser pour eux. Ils sont bombardés d'images dont les commentaires n'éveillent plus leur réflexion. Les idées reçues sont au cœur de 'l'information' et semblent contenter une majorité d'individus.



Nous sommes passés de l'époque des Lumières à l’ère du 'Prêt à penser'. Les gens réfléchissent de moins en moins d'eux mêmes…Ils laissent la télévision penser pour eux. Ils sont bombardés d'images dont les commentaires n'éveillent plus leur réflexion. Les idées reçues sont au cœur de  'l'information' et semblent contenter une majorité d'individus.

Plus besoin de réfléchir, 'Big Brother' le fait pour vous.

C'est ainsi qu'on peut entendre une Claire Chazal de TF1 parler de 'confession arabe' ou encore un PPDA parler de 'l'Union des organisations des islamistes de France' pour désigner l'Union des organisations islamiques en France. On peut relever quotidiennement des exemples similaires, par dizaines, dans la bouche de journalistes, de politiques, d'écrivains…. Si nous ne sommes pas vigilants il nous est impossible de distinguer le vrai du faux. Une chose qui était condamnable il y a quelques années est désormais tolérée voire normalisée! C'est ainsi qu'un Claude Imbert  peut inciter à la haine raciale et religieuse à l'encontre de la population maghrébine et musulmane en toute impunité. Le fait que Mr Imbert, (Membre du Haut Conseil à l'Intégration) et d'autres personnalités importantes passent à la télé pour exprimer leur mépris de l'islam et des musulmans, est perçu  comme une vérité par une partie de la population. Beaucoup pensent malheureusement, que les choses vues et revues  à la télé sont forcément vraies. Or c'est faux, et George Orwell le prédisait en 1948 dans une fiction intitulée « 1984 ». En comparant la réalité actuelle avec cette fiction, les similitudes me glacent.

Ce roman d'anticipation se déroule à Londres, capitale de l'Océania (l'une des puissances mondiales avec l'Eurasia et l'Estasia, toujours en guerre les unes contre les autres). Océania  vit sous une dictature. Le 'Parti unique' est commandé par un dictateur invisible dont de grands portraits sont visibles partout. C'est Big Brother. Ce dernier, grâce, à d'édifiants 'télécrans' (écrans géants) installés dans chaque demeure, surveille les moindres faits et gestes de chacun. Il existe pour cela une 'police de la pensée' qui détecte et punit les idées, et les pensées politiquement incorrectes. Est jugé politiquement incorrect tout ce qui sort du champ de ces trois slogans: 'la guerre c'est la paix'; 'la liberté c'est l'esclavage'; 'l'ignorance c'est la force'. Quatre ministères se chargent de faire respecter la loi: celui de la Paix, de la Vérité, de l'Amour, de l'Abondance. Plusieurs méthodes sont utilisées par les dirigeants de cette nation fictive pour arriver à leurs fins. Le maintien des individus dans l'ignorance est une est l'un des principaux axes de cette politique.

La falsification permanente des faits est l’une des méthodes des dirigeants pour arriver à leurs fins. Ils procèdent par la réécriture continuelle de l'Histoire selon les intérêts du pouvoir. Cela revenait à aliéner totalement les esprits et à leur retirer ainsi toute capacité de raisonnement. On pouvait ainsi lire dans les journaux une chose, et le lendemain son contraire sans que cela n'éveille le doute dans les esprits. Big Brother s'arrangeait pour éradiquer toute preuve du document afin que même les esprits les plus éclairés soient considérés comme fous (et donc dangereux)  par la grande majorité des gens. La terreur, le conditionnement permanent, font accepter n'importe quelle information.

Tuer la pensée à sa source est une autre méthode utilisée par le pouvoir. Pour cela Big Brother a entrepris une réforme de l'ancienne langue au vocabulaire trop riche, au profit d'une langue simplifiée et tendancieuse: le Novlangue. Un exemple: 'individualisme' (concept proscrit en Océania), signifie à la fois le fait d'agir en individu, mais aussi excentricité,  anormalité. Le but parvenu de Big Brother est de tuer à sa source toute tentative de rébellion. Il s'agit de lobotomiser les cerveaux.  

En 2003, le concept de « français(e) musulman(e) » signifie à : islamiste , kamikaze terroristes, nébuleuse intégriste, soumise, aliénée, auto aliénée, manipulation, fous de Dieu, anti-républicain…immigré, assisté, « français de seconde zone », loi d'exception…

Les 'intellectuels' post 11 septembre

Le 11 septembre et  avril 2002 ont  désinhibé les esprits et  déliés les langues.Aujourd'hui il y a « portes ouvertes » à toutes suggestions racistes et/ou islamophobes. Durant ces huit derniers mois, les musulmans et/ou les arabes ont servi de vomitoire à grand nombre de journalistes, de  politiques, de sociologues, d'essayistes …qui n'arrivent plus à se contenir. Quelques 'personnalités' médiatisées se sont faites les vecteurs d’attaques anti-arabes et anti-musulmans. De A. J. Léger à M.Houellebecq en passant par C.Imbert, Oriana Falacci et  Brigitte Bardot, le sentiment de diabolisation de l’islam et des musulmans a été fréquent. Ces nouveaux personnages ne peuvent pas être considérées comme des gens incultes et/ou touchés par une extrême pauvreté. Il s'agit, pour certains de ce qu’il convient de nommer 'intellectuels'. Du côté des politiques, j’ai le souvenir de notre ancien Ministre de l'Éducation Nationale qui rappelait aux musulmans, lors de l'émission Culture et Dépendance, qu'il était indispensable de respecter les coutumes du « pays d'accueil ». Mais de qui diable parlait-il? De touristes en vacances en France? Ou des réfugiés politiques? Non, il parlait tout naturellement de citoyens français dont le délit est de demander le  respect et l'application de leurs droits civiques conformément à la citoyenneté!

 'Est pleinement citoyen celui qui fait acte de civisme (respect des devoirs) et s'investit dans l'action politique (défense des droits)[1]'. N'en déplaise à M. Allegre qui 'classe' les français en deux catégories. On y trouve les français d'origine européenne, donc (à ses yeux) les vrais, les bons, et les français de 'seconde zone' parfois musulmans…ces anciens colonisés.Rien  n’est plus efficace que les 'intellectuels', les politiques et la télévision pour véhiculer un message. C’est ainsi que 'près d'un Français sur quatre adhère aux idées de M. Le Pen' selon une enquête de TNS-Sofres pour Le Monde et RTL. Ce racisme touche une population déjà fragilisée qui pourrait davantage être confrontée à l'exclusion sociale et économique et à tous les maux sociétaux qui en découlent : chômage, pauvreté, marginalisation, stigmatisation, délinquance...

Un nouveau genre littéraire : le Pa-thé-tisme 

Le discours caricatural sur l’islam et sur les musulmans est même devenu indispensable à certaines personnes pour se faire un nom et/ou  un gagne-pain. On peut désormais lire du Chahdortt Djavann, du Loubna Meliane, du Fadéla  Amara, du Alain-Jack Léger du Rachid Kaci,  … Tous, comme par enchantement, ont pu trouver des éditeurs.  Même ceux aux noms à consonance 'sensible' ou ceux qui parviennent à peine à faire deux phrases sans commettre une faute de style ou de français! J'ai le droit de me demander si ces nouveaux 'écrivains', comprennent quelque chose à ce qui se passe au sein de notre République. Sont-ils conscients qu'ils contribuent à développer un racisme dont ils  pourraient se mordre les doigts par le suite? Sont-ils conscients qu'ils contribuent au même titre que certains 'intellectuels' à construire l'opinion publique actuelle? Sont-ils conscients que la France pourrait connaître un nouvel avril 2002, que ni la droite, ni la gauche ne pourront éliminer. Les deux partis ne sont-ils pas unanimes pour voter une loi d'exception? On ne  prétextera plus un effet de surprise (comme en avril 2002) mais un effet escompté. 

Les fondateurs de la loi sur la laïcité de 1905 et de la Constitution de 1958 se retourneraient dans leur tombe s'ils pouvaient voir la régression de leurs descendants. C'est vraiment faire peu d'honneur à ces hommes du début  et du milieu du siècle dernier, que de balayer d'un coup l'un des  principes fondateurs de notre République. Tout ce travail, pour en arriver à voter une loi d'exception en 2003 dans le seul but de grappiller quelques voix aux prochaines élections.  Où va-t-on comme ça ? Jusqu'à quand continuera-t-on à prendre les Français pour des c…? Jusqu'à quand voudra-t-on nous faire croire que cette loi d'exception est la panacée à la misère sociale, économique et politique de notre pays?


[1] Initiation à la citoyenneté de l'Antiquité à nos jours , Sophie Hasquenoph.