Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Lyon : la vengeance d'un mari jaloux trompé derrière la tentative d'assassinat d’un prêtre orthodoxe

Rédigé par Saphirnews | Samedi 7 Novembre 2020 à 15:45

           


Lyon : la vengeance d'un mari jaloux trompé derrière la tentative d'assassinat d’un prêtre orthodoxe
Alors que la France était encore sous le choc de l'attentat contre une église à Nice, la ville de Lyon a été secouée, samedi 31 octobre, par l’agression d’un prêtre orthodoxe de nationalité grecque.

Nikolaos Kakavelakis, 52 ans, fermait les portes de son église, située dans le 7e arrondissement, lorsqu'il a reçu deux balles en provenance d’un tir de fusil à canon scié, à bout touchant. Le tireur a pris la fuite en laissant l’homme d’église dans un état grave, touché au foie et à l’abdomen.

Depuis le début de l'affaire, seul le parquet de Lyon a ouvert l’enquête pour « tentative d’assassinat ». Le Parquet national antiterroriste (PNAT) n’a pas été saisi. Très vite, la piste d’une affaire de règlement de compte a, en effet, été soulevée car le prêtre avait déjà eu de nombreux différends avec la communauté orthodoxe locale.

La piste terroriste écartée, celle d'un différend personnel confirmée

Une semaine après les faits, l’enquête a fait un grand bond en avant. Un suspect, un Géorgien âgé de 40 ans, a été appréhendé vendredi 6 novembre et il a reconnu les faits lors de sa garde à vue, apprend-t-on samedi 7 novembre. Il s'avère être le mari d'une femme qui entretenait une liaison avec la victime, selon le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet. Le Géorgien a avoué avoir voulu se venger de son rival après avoir eu connaissance de l’adultère, rapporte Le Parisien.

Nikolaos Kakavelakis, qui est sorti du coma mardi 3 novembre, a été auditionné à l'hôpital et a spontanément évoqué auprès des policiers la thèse d'un acte commis par « un mari jaloux » de l'une de ses conquêtes. L’homme est décrit par une source proche de l’enquête au Parisien comme un homme « très porté sur la chose sexuelle » et « très entreprenant avec les femmes ».

Le prêtre, marié et père de deux enfants, avait officié pendant une quinzaine d’années dans l’Eglise de l'Annonciation de la mère de Dieu. L'homme, qui habite jusque-là dans l'appartement qu'il occupe au-dessus du lieu de culte, n’y officie plus depuis un mois.

Lire aussi :
Caricatures : « Pas de vraie liberté sans respect et sans fraternité » pour l’Eglise catholique
Après l’attentat de Nice, la fraternité affichée des musulmans envers les catholiques pour la Toussaint