Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Les entreprises commerçant avec les colonies israéliennes épinglées par l’ONU

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 13 Février 2020 à 13:09



Les entreprises commerçant avec les colonies israéliennes épinglées par l’ONU
Deux semaines après la présentation du plan américain au Proche-Orient prônant la reconnaissance de l’annexion de territoires occupés par Israël, l’ONU a dévoilé, mercredi 12 février, une liste de 112 entreprises ayant des activités commerciales dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international.

La liste des sociétés, publiée par le bureau de la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU sous la présidence de Michelle Bachelet, découle d'une résolution adoptée en 2016 demandant « une base de données de toutes les entreprises engagées dans des activités particulières liées aux colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés ».

Si la grande majorité des sociétés épinglées (94) sont israéliennes (banques, cafés, stations-service…), 18 sont domiciliées dans six pays que sont les Etats-Unis, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Thaïlande.

De grands noms d'entreprises apparaissent comme Airbnb, Booking, Expedia, Opodo et TripAdvisor, toutes spécialisées dans le tourisme, ou encore Alstom, Altice Europe et Motorola.

Tandis que les autorités israéliennes ont, sans surprise, dénoncé « une liste de la honte », l'initiative de l'ONU a été largement saluée par les Palestiniens, de même que par les responsables de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

Le bureau de la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU a précisé, dans un communiqué, que la liste, qui sera révisée chaque année, « ne constitue pas, et n’entend pas constituer un processus judiciaire ou quasi judiciaire ».

Lire aussi :
Tribunal Russell : les multinationales complices des crimes d’Israël coupables
Tribunal Russell : à Londres, les entreprises complices d’Israël jugées

Et aussi :
Dix raisons pour lesquelles la place du plan Trump au Proche-Orient est dans la poubelle de l'Histoire
Israël - Palestine : pourquoi le « plan de paix » de Trump au Proche-Orient n'a aucun avenir