Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

Le « Monopoly des inégalités » ou le jeu de société pour en changer les règles

Rédigé par Edwy Malonga | Vendredi 14 Janvier 2022 à 14:00

           

L’Observatoire des inégalités a dévoilé, lundi 10 janvier, une boite à outils pédagogiques destinée aux professionnels de l’éducation pour sensibiliser les jeunes générations aux inégalités et aux discriminations. Focus sur une initiative qui invite la jeunesse à s’interroger sur la société qui les entoure, à développer leur empathie et à identifier des pistes pour rendre le monde plus juste.



« Vous portez un signe religieux. Vous vous faites insulter dans la rue. Passez le prochain tour ». « Vous êtes noir ou maghrébin, vous ne pouvez plus acheter de maison jusqu’à ce que vous repassiez par la case Départ. Si vous êtes blanc, rien ne se passe. Piochez une nouvelle carte. » Ces règles vous mettent mal à l’aise et suscitent en vous un sentiment d’injustice ? C’est l’objectif souhaité du « Monopoly des inégalités ».

Tout a démarré par une simple vidéo. En 2017, l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités avait réalisé une vidéo montrant des enfants en train de tester une version revisitée du Monopoly© avec des règles qui reflètent les inégalités de notre société. La vidéo « Un jeu de société », qui a cumulé plus de 25 millions de vues en cinq ans, était alors devenue virale. Il s’en est suivi, raconte l'organisme fondé en 2003, une avalanche de demandes d’acquisition du jeu de la part d’enseignants, d’animateurs de centres sociaux, de professionnels travaillant avec des jeunes, qui cherchaient des outils ludiques pour aborder la question des inégalités ou des discriminations.


Un outil original de sensibilisation autour de l’égalité

Désormais, le jeu existe bel et bien. Le « Monopoly des inégalités » conduit les joueurs à découvrir les discriminations en participant à une partie de Monopoly aux règles bien précises. « Chaque joueur entre dans la peau d'un personnage qui lui est attribué au début du jeu et découvre ainsi les règles qui s'appliquent différemment en fonction de divers critères », explique l'Observatoire des inégalités. « Des cartes personnages vont indiquer au joueur son sexe, son âge, son prénom, à quoi il ressemble et une catégorie en fonction de laquelle il va avoir un salaire, un patrimoine et le nombre de dés avec lesquels il va pouvoir jouer », précise auprès de Saphirnews Constance Monnier, responsable du projet « Jeunesse pour l’égalité » au sein de l’Observatoire.

Chaque règle qui peut sembler injuste pour les participants est expliquée par des données factuelles agglomérées par l'Observatoire des inégalités, permettant ainsi d’établir des échanges fournis avec l’animateur du jeu et de comprendre les différentes formes d'inégalités et de discriminations vécues durant la partie. « Il ne faut pas se méprendre : il ne s’agit pas d’une boite de jeu vendue (…) pour passer un moment de détente autour des inégalités, prévient l’Observatoire des inégalités. C’est bien un outil global qui sert de support pour animer des séances de sensibilisation autour de l’égalité dans notre société. »

Un moyen ludique d'aborder des questions lourdes en classe

Jointe par Saphirnews, Anna Dreuil, professeur de sciences économiques et sociales à Cergy, dans le Val d'Oise, est co-secrétaire générale de l'association des profs de SES. Partenaire du projet, elle a eu l'occasion de tester le jeu avec des lycéens et y voit un bon moyen d’aborder la justice sociale en classe et d’essayer d’en corriger les inégalités. « Ça permet vraiment aux élèves d’entrer par le jeu dans une thématique qui est un peu lourde, de façon pas fataliste », estime l’enseignante qui, selon sa propre expérience, juge que c’est la problématique du handicap et de l’orientation sexuelle qui a généré le plus de frustration chez ses élèves.

Aucun sujet n'est éludé au cours de la partie... ou presque. « On aborde la question des religions, de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre, du handicap, de la couleur de la peau. Le seul sujet qu’on n’aborde pas, c’est la question de la grossophobie », nous indique Constance Monnier. Mais pas de panique, une astuce existe ! Des cartes vierges ont, en effet, été intégrées à la boite de jeu de manière à ce que les participants puissent eux-mêmes proposer des problématiques.

Le « Monopoly des inégalités » est le fruit de trois années d’expérimentation avec des groupes de jeunes et des associations. Destiné aux 11-25 ans, le jeu est disponible à la vente sur le site de l’Observatoire des inégalités. Il a été conçu comme une extension du Monopoly© classique, sans pour autant qu'un plateau, nécessaire à la mise en place du jeu, ne soit fourni.

Le jeu contient dix cartes personnages et 37 cartes événements (maternité, chômage, homophobie en entreprise, racisme, piston ou encore santé). Il faudra toutefois débourser 55 € pour le kit classique (3 à 6 joueurs) et 150 € pour le kit scolaire (pour jouer jusqu’à 35 élèves) comprenant un guide d’animation, un livret pédagogique, un ouvrage ou encore une clé USB comprenant des outils numériques pour animer des séquences pédagogiques sur les inégalités.

« La dynamique impulsée par ce projet, qui nous incite toutes et tous à changer les règles du jeu injustes de la société, ne fait que commencer », assurent les concepteurs d’un jeu d’utilité publique.

Lire aussi :
JMEC 2020 : Porter le combat pour l'égalité des chances jusqu'à l'ONU
Karima Mondon : « Former les enseignants pour lutter contre les inégalités »