Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le Coran appelé à être lu lors du couronnement du prince Charles

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 3 Décembre 2014



Le Coran appelé à être lu lors du couronnement du prince Charles
Un ancien évêque anglican d’Oxford, Richard Harries, a estimé, vendredi 28 novembre, qu’un passage du Coran devrait être lu lors du prochain couronnement royal, à l’abbaye de Westminster. Ce serait un « acte créatif d’accueil » envers les musulmans pour qu’ils se sentent « étreints » par la nation, a déclaré Lord Harries alors qu’il s’exprimait à la Chambre des Lords.

Le prochain couronnement – celui du prince Charles, l’ancien évêque en est persuadé – devrait être l’occasion pour les leaders des religions non chrétiennes de donner leur bénédiction au futur roi, a-t-il poursuivi.

L’héritier de la couronne, qui a manifesté à plusieurs reprises son intérêt pour l’islam, n’y serait probablement pas opposé. En 1994, Charles expliquait dans un documentaire qu’il s'imaginait en « défenseur des fois » plutôt qu’en monarque « défenseur de la foi », rappelle le Daily Mail.

La lecture du Coran dans un lieu de culte chrétien ne serait d'ailleurs pas une première en Angleterre. Lors d’une cérémonie civile, en 2013, dans la cathédrale de Bristol, la lecture d’un passage du Livre sacré des musulmans avait précédé l’office chrétien, a rappelé Richard Harries, aujourd’hui évêque assistant dans le diocèse de Southwark, à Londres.

Son idée a aussitôt essuyé une série de critiques, notamment de la part des chrétiens traditionalistes, pour qui un tel geste serait le signe d’une « perte de confiance » dans l’Eglise, dans ses traditions et ses institutions. Le rédacteur en chef adjoint du Spectator, Douglas Murray, a, lui, estimé que si le Coran est lu pendant le prochain couronnement, les mosquées, par souci de « réciprocité », devraient dire une prière pour le souverain et les armées chaque vendredi.

Pour l'évêque à l'origine de la proposition, celle-ci n'est que la traduction d'un « principe d'hospitalité » qui « peut et devrait être reflété dans de nombreuses cérémonies publiques », y compris le couronnement.

Lire aussi :
Royaume-Uni : le hijab coquelicot en signe de patriotisme
Un musulman invité à s'exprimer au synode de l’Eglise d'Angleterre
Le prince Charles bientôt converti à l'islam ?
Environnement : le Prince Charles valorise l’islam