Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Psycho

Layane : « Il paraît pieux mais il bat ses enfants et me force à faire la sodomie »

Rédigé par | Samedi 3 Décembre 2022 à 08:00

           


Je suis mariée depuis 24 ans. Le mariage était arrangé par nos parents respectifs. A l'époque, je n'avais que 19 ans et je n'étais vraiment pas prête du tout à vivre à 660 km de mes parents. Je ne savais pas pourquoi mais j'avais accepté… Malheureusement, c’est longtemps après que j'ai compris pourquoi j'ai voulu quitter le nid familial mais cela est une autre histoire.

Après mon mariage, nous avons vécu avec ses parents pendant trois ans. Ce n'était pas mon choix, cela m'a été imposé. Nous avons eu notre indépendance une fois que mon premier enfant a eu un an. J’ai pensé que ce serait enfin notre liberté à nous trois. Mais je me suis trompée. Mon mari avait un toute autre projet. Il faut dire qu'à l'époque, il sortait pratiquement tous les week-ends, sans moi. Il aimait bien les boîtes de nuit, les cafés. Mais son père n'appréciait pas du tout ses excès. Alors pour avoir la paix, mon mari nous a pris un petit appartement. C'est l'erreur de ma vie. Il a fini par avoir une maitresse. Un soir pour moi, un soir pour elle.

J'ai pris la décision de prendre mon enfant et de le quitter. Je suis repartie chez mes parents. J'avais décidé de divorcer. Mais lui ne voulait pas, il s'est excusé auprès de mes parents et je suis rentrée quelques mois plus tard avec lui. Mais encore une fois, ce n'était qu'une illusion. Monsieur s'est empressé d'aller chez un huissier pour me forcer à faire une séparation des biens. C'est là que j'ai compris qu'il n'avait pas l'intention d'arrêter ses bêtises, bien au contraire. Il voulait simplement assurer ses arrières. Au final, j'ai accepté de signer ce maudit contrat parce que je voulais lui montrer que l'argent ne m'intéresse vraiment pas, je voulais une stabilité, une famille.

Quelque temps après cette signature, monsieur s'est laissé pousser des ailes. J’apprenais qu'il côtoyait toujours sa maîtresse, je me suis sentie une nouvelle fois trahie. Ma vie était détruite, j'ai accepté de reprendre une vie de couple avec lui mais j'ai vite compris qu'il n'avait pas le même projet que moi... Mais deux ans après, il avait décidé de quitter sa maîtresse. Il s'était calmé.

En 2006, mon deuxième enfant est né. Le calme et l'apaisement s'est enfin fait ressentir dans notre couple. Deux ans plus tard est arrivée mon troisième enfant. Il avait décidé d'acheter une maison car la famille s'était agrandie. Mon mari ne sort plus du tout. Il fait ses prières assidûment al hamdoulilah. Nous avons travaillé dur pour retaper la maison où nous avons emménagé en 2010. Mais je n'ai pas tout de suite vu ce qui allait m'arriver par la suite.

Monsieur a commencé à avoir des envies mais j'éprouve beaucoup de mal à le suivre dans ses désirs. Je remarque aussi sur son portable des images pornos. C'est lui qui me les montre en me disant que je devrais faire ou être comme elles... Plus aucun respect. J'essaie vraiment d'assouvir ses désirs sexuels pour qu'il n'aille pas voir ailleurs mais je trouve qu'il m'en demande trop. Il veut aussi que je pratique la sodomie. J'avoue au début avoir accepté, parce qu'il m'obligeait à le faire. Même si je pleure de douleur, il continue… Mais ensuite, j’ai refusé parce qu'on m'a dit que c'était haram. Pour moi comme pour lui. Mais il ne l'entend pas de cette oreille. Il continue à me réclamer et à me forcer.

Le problème, c'est que c'est d'une violence inouïe, mon corps se crispe totalement. Je trouve les rapports sexuels avec mon mari très violent. Une fois, il m'a giflée, je me suis mise à pleurer et il m'a insultée de moins que rien et de gamine. Il m'avait énormément blessée par ses paroles. Je n'arrive plus à me sentir en sécurité à ses côtés dans le lit alors j'attends qu'il monte avant moi et je le rejoins une heure après pour être sûre qu'il ne me touche pas. Mais des fois, il se réveille en pleine nuit pour assouvir ses envies. Je ne peux rien dire. Et je ne dois rien dire. L'année dernière, il a encore essayé de pratiquer une sodomie et quand j'ai refusé, il m'a répudiée. Nous ne nous sommes plus adressé la parole pendant un mois et demi. Et rebelote cette année, j'ai encore refusé. Maintenant, il trouve des prétextes pour divorcer.

Aujourd'hui, j'ai cinq enfants, il est aussi violent avec eux. Plusieurs fois, je lui dis que ce n'est vraiment pas bien de frapper ses enfants, mais il n’en fait qu'à sa tête. Il me répond que si je ne suis pas contente, que je porte plainte.

Ah oui, j'allais oublier : mon mari est parti au hajj et il continue à faire ses prières. J'essaie donc de comprendre comment un homme pareil peut être aussi irrespectueux avec sa femme et violent avec ses enfants. Je ne veux pas le quitter. Je suis très éprouvée, mais je sacrifie ma vie pour mes enfants. Je ne veux pas qu'ils me reprochent d'avoir pris la mauvaise décision. Et j'avoue avoir peur d'être seule. S'il vous plaît, conseillez-moi, je suis vraiment perdue. Dois-je le quitter ou rester avec lui en essayant de le changer ? Sachant très bien qu'on ne peut pas changer une personne. Il faut qu'il réalise de lui-même ce qu'il est devenu aujourd'hui, c'est-à dire un homme très violent et insensible. Faites s'il vous plaît des douas (invocations) pour moi et mes enfants.

Lalla Chems En Nour, psychanalyste

Chère Layane,

Tout d’abord, veuillez nous excuser pour le délai de notre réponse, vous êtes très nombreux à nous écrire. Ce que vous décrivez relève du mauvais traitement et comme vous le savez sans doute, des débats ont lieu aujourd’hui dans notre société pour rappeler le nécessaire consentement de la femme pour pratiquer un rapport sexuel. Or vous ne consentez pas à ces actes qui vous paraissent par ailleurs en contradiction avec vos convictions religieuses.

Halte aux viols conjugaux ! Voir aussi la vidéo de La Casa del Hikma : la sexualité, un devoir conjugal imposé aux femmes pour le plaisir des hommes ?

Vous le dites vous-même vous avez peur de rester seule, mais cela vous laisse supporter l’insupportable. L’argument qui consiste à craindre le jugement de vos enfants pourrait se retourner contre vous : qui vous dit que vos enfants ne comprendraient pas que leur maman en ait assez de se faire maltraiter et d’être battus par leur père ? Un tel père est un calvaire pour les enfants, qui cherche à sauver les apparences, qui va en pèlerinage, fait ses prières, mais ne respecte pas les siens. Quel message vont-ils en retirer ? Que le père est tout puissant et que cela n’a pas d’importance que ses actes ne soient pas en accord avec ses paroles ou ses démonstrations religieuses ? Dans le Coran on les appelle des hypocrites. Qu’en pensez-vous ?

A vous de voir, Layane, quelle décision prendre, ce n’est pas à moi de vous le dire. Mais il vous faudrait travailler sur votre peur de rester seule, qui vous fait accepter une grande humiliation, un manque de respect, qui peuvent avoir des conséquences sur vous-même et sur vos enfants.

Lire aussi :
Des théologiennes musulmanes donnent de leur voix contre les violences domestiques envers les femmes


La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur