Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Livres

La plume de Taïr : un roman historique sur la fascination d'Arthur Rimbaud pour l’émir Abdelkader

Reçu à Saphirnews

Rédigé par Lionel Lemonier | Vendredi 5 Août 2022 à 11:30

           


La plume de Taïr : un roman historique sur la fascination d'Arthur Rimbaud pour l’émir Abdelkader

L'avis de Saphirnews

Pour sa première incursion dans le genre littéraire, Ahmed Bouyerdene s’est associé à Frédéric Magnan, auteur-illustrateur de livres jeunesse. Mais le chercheur en histoire associé à l’Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) n’en a pas oublié son sujet de prédilection pour autant. Certes, le roman pour la jeunesse (à partir de 14 ans) des deux auteurs met en scène le jeune Rimbaud, collégien dans les Ardennes entre 1868 et 1869. Mais c’est pour mieux évoquer l’émir Abdelkader, sa jeunesse, son éducation, ses combats contre l’armée française qui envahit son pays et sa défaite finale.

Les deux auteurs se sont en effet appuyés sur un fait historique. En juillet 1869, Arthur Rimbaud a 15 ans et obtient un premier prix de latin pour une composition en vers sur le thème de Jugurtha. Dans ce poème, le jeune Rimbaud compare Jugurtha, héros numide vaincu par Rome à l’émir Abdelkader, héros musulman vaincu vingt ans plus tôt par la France.

Ahmed Bouyerdene imagine un Arthur Rimbaud à la recherche de son père, séparé de sa mère depuis plusieurs années, qui découvre des lettres et le journal écrit par son paternel alors que celui-ci était jeune officier dans l’armée d’invasion française aux prises avec les combattants d’Abdelkader. Les chapitres sont alternativement consacrés aux années précédant la reddition de l’émir et au vécu de Rimbaud. Les scènes de la vie courante en France et en Algérie succèdent aux scènes de moisson ou de bataille.

Avec Frédéric Magnan, il créent un personnage qui fait le lien entre le passé – la guerre de « conquête » de l’Algérie - et le présent de l’enfance de Rimbaud : Mohamed. Mohamed est un fauconnier qui a appris l’art de la fauconnerie auprès de Zaïd, le fauconnier officiel de l’émir. Il est présent dans les Ardennes pour retrouver Marie, une petite fille chère à son cœur vingt ans plus tôt, lorsqu’elle était prisonnière dans la smala d’Abdelkader.

La Plume de Taïr, titre du roman, provient bien sûr d’un Faucon. Le livre se termine par le texte latin et la traduction en français du poème d’Arthur Rimbaud. Une jolie façon d’apprendre un bout d’histoire commun à la France et à l’Algérie, tout en se distrayant.

Présentation de l'éditeur

En 1869, Arthur Rimbaud a 15 ans et l’émir Abd el-Kader 61. Cette année-là, le collégien ardennais obtient le premier prix du concours de latin de l’académie de Douai sur le thème « Jugurtha ». À travers la figure du héros numide vaincu par Rome, Arthur rend un hommage explicite au chef algérien Abd el-Kader qui, une trentaine d’années plus tôt, lutta héroïquement contre l’invasion de son pays par la France.

Le lecteur marche sur les pas d’Arthur Rimbaud qui, du grenier de la ferme de Roche dans les Ardennes à la plaine de Ghriss en Algérie, part à la découverte de l’émir Abd el-Kader, figure devenue légendaire de son vivant. C’est aussi la quête d’un père absent, officier de l’armée française au temps de la conquête de l’Algérie.

Entre rêve et réalité, des Ardennes à la province d’Oran, des paysages, des personnages se croisent, des émotions se mêlent pour composer une fable sur la fraternité.


Ahmed Bouyerdene et Frédéric Magnan, La plume de Taïr, Un chat la nuit éditions, mars 2022, 187 pages, 18,50 €