Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 


Sur le vif

La manifestation de soutien à la Palestine interdite à Paris, une décision confirmée par le tribunal

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 14 Mai 2021 à 21:00

           


La manifestation de soutien à la Palestine interdite à Paris, une décision confirmée par le tribunal
Alors que l'émotion est forte autour des récents événements tragiques survenus ces derniers jours à Jérusalem et dans la bande de Gaza, la manifestation en soutien aux Palestiniens annoncée à Paris pour samedi 15 mai, jour de commémoration de la Nakba, a été interdite par la préfecture de police de Paris. Le couperet est tombé jeudi 13 mai.*

Cette annonce, qui suscite bien des incompréhensions, est intervenue à la demande du ministère de l'Intérieur. « A Paris, j’ai demandé au Préfet de police d’interdire les manifestations de samedi en lien avec les récentes tensions au Proche-Orient. De graves troubles à l’ordre public furent constatés en 2014. Consigne a été donnée aux Préfets d’être particulièrement vigilants et fermes », a fait savoir Gérald Darmanin.

Ces arguments ont été repris par la préfecture, qui existe « un risque sérieux que les affrontements entre Palestiniens et forces de l'ordre israéliennes ne se transportent sur le territoire national », occasionnant « des troubles graves à l'ordre public entre partisans de l'une ou l'autre des parties du conflit ».

Le préfet Didier Lallement, évoquant « des exactions contre des synagogues et intérêts israéliens dans certains pays voisins comme l'Allemagne en réponse aux affrontements actuels au Moyen-Orient » qui ont eu lieu « déjà cette semaine », estime qu'« un grand risque existe que ce type de faits se produisent en France ». Enfin, il évoque les débordements observés lors des manifestations en soutien à Gaza en 2014, notamment « des tentatives d’incursion (…) vers des lieux de culte israélites ».

Lire aussi : Manif pour Gaza : la LDJ peut-elle tout dire et la presse, tout croire ? Retour sur l'affaire des synagogues attaquées

« La France, seul pays au monde où sont interdites toutes les manifestations de soutien aux Palestiniens et de protestation contre le gouvernement d'extrême droite israélien ! », a fait savoir sur Twitter Jean-Luc Mélenchon, patron de La France Insoumise, pour qui la décision n'est prise que « dans le seul but de provoquer des incidents et pouvoir stigmatiser cette cause ».

Les appels à braver l'interdiction de manifester à Barbès ont néanmoins été lancés sur les réseaux sociaux et ils risquent d'être entendus comme en 2014. D'autres manifestations restent prévues dans plusieurs villes de France.

*Mise à jour : Un recours en référé-liberté a été déposé, vendredi 14 mai, auprès du tribunal administratif de Paris afin de contester l'interdiction de manifester dans la capitale. Il a été rejeté, et ce « sans tenir d’audience », a indiqué en fin de journée Me Sefen Guez Guez, un des avocats mandatés dans cette affaire. « Nous saisissons donc le Conseil d’état en appel. La France reste le seul pays démocratique à interdire ces manifestations », a-t-il ajouté.

« Participer à une manifestation interdite fait l'objet d'une verbalisation à hauteur de 135 € », a signifié, pour sa part, la préfecture de police. La maire de Paris, Anne Hidalgo a indiqué approuvé l'interdiction de manifester mais dans les rangs de la gauche, les réactions d'indignation sont nombreuses. Des appels à se rendre dans la capitale ont, malgré tout, été maintenus.

Lire aussi :
Mosquée Al-Aqsa, Cheikh Jarrah : les violences à Jérusalem révoltent parmi les musulmans de France