Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La justice ordonne un test paternité pour la fille de Rachida Dati

Rédigé par La Rédaction | Mardi 4 Décembre 2012



Le feuilleton Rachida Dati se poursuit. Après que l’ancienne garde des sceaux ait assignée, début octobre, Dominique Desseigne, pour une reconnaissance de paternité, la justice a ordonné, mardi 4 décembre, une expertise génétique du PDG du groupe d’hôtels et de casinos Lucien Barrière.

Ce test de paternité permettrait de savoir s’il est bien le père de sa fille Zohra, âgée aujourd’hui de 3 ans et demi. Si sa paternité est reconnue, cela entraînera une modification de l'état civil de l'enfant et son père pourra bénéficier, s'il le souhaite, de droits de visite. Il devra aussi verser une pension, exigible depuis le jour de la naissance de l’enfant.

Mais bien que le tribunal civil de Versailles ordonne une expertise génétique, Dominique Desseigne est en droit de la refuser car la loi implique le consentement du père présumé. A l’inverse, sans test de paternité, le tribunal peut le déclarer père de la petite Zohra en se fiant simplement aux éléments (SMS, photos, témoignages…) fournis par Rachida Dati pour prouver sa relation avec le chef d’entreprise.

Dominique Desseigne, qui « persiste à contester la véracité des allégations de Madame Rachida Dati » selon son avocate, pourrait donc avoir tout intérêt à accepter des analyses ADN.

Pour l’heure, « il réfléchit sur la suite qu'il entend donner à la procédure », précise-t-elle, sous-entendant qu'il demandera sans doute « le sursis à statuer » . En clair, il refusera de se soumettre au test de paternité.

Jusque-là, l’homme d’affaires avait toujours refusé de s’y soumettre, invoquant « au nom du doute raisonnable » la multiplicité des relations de Rachida Dati lors de son aventure avec elle. Une information loin d’améliorer l’image de la femme politique.

Lire aussi :
Au Maroc, Rachida Dati menacée de prison pour avoir eu un enfant illégitime
Législatives à Paris : Rachida Dati cède face à François Fillon